>> Rejoignez nos 27497 membres
Inscription
 
  
0 article(s) | Voir  
 

AccueilArticles et DossiersVideosPhotosMagasin de vente en ligneMon compteForum

 cm1808_800

Par Nicolas Cadiou

D’accord nous sommes tous fous du bar. Il n’empêche qu’à la pêche il est bon de savoir varier les plaisirs. Que les bars jouent les difficiles ou que le pêcheur se dise blasé, peu importe la raison, de temps à autres il est amusant d’essayer de cibler une autre espèce. Découvrir un nouvel adversaire est bien souvent déroutant. Oubliez vos habitudes de traqueur de bar et redevenez débutant l’espace d’un moment. Voici une brève présentation de quelques uns de ces adversaires halieutiques qui méritent, eux aussi, de faire courber le carbone des pêcheurs aux leurres.

 

La vieille

Nom scientifique :

Labrus bergylta

Famille :

Labridés

cm21808_500

La vieille est présente sur tout notre littoral, on la retrouve en effet en Manche, en Atlantique mais aussi en Méditerranée. Vous trouverez la vieille surtout à proximité du fond, sur les zones rocheuses ainsi que dans les herbiers. Les plus gros sujets aiment avoir quelques mètres d’eau au dessus de la tête (30m maximum). La vieille se reproduit entre les mois de mai et de juillet dans les herbiers. On trouvera souvent les belles vieilles à proximité des têtes de roches si les alentours sont assez profonds. La présence de moules ou de pousses pieds sur le secteur est un atout certain. Ce poisson a la particularité d’être hermaphrodite. Toutes les vieilles naissent femelles. Entre 5 et 15 ans elles pourront devenir mâles et vivre ainsi peut être jusqu’à 25 ans. Ce poisson carnivore n’est pas véritablement considéré comme un carnassier mais adopte tout de même parfois un comportement de chasseur, quand l’opportunité lui en est donnée. D’une taille moyenne de 30 cm environ, la vieille peut néanmoins atteindre plus de 60 cm pour près de 3 kg. Un sujet de cette taille au bout d’une canne vaut vraiment le détour. Capturer une vieille au leurre était encore accidentel voici quelques années. Bien entendu cela arrivait parfois sur certaines zones et avec certains leurres (les crankbaits* en particulier). L’arrivée massive des leurres souples dans nos boîtes nous a amené à en ferrer de plus en plus souvent. Ces leurres sont tellement appropriés pour pêcher la vieille que certains jours, quand les bars se font difficiles, il devient intéressant de se rabattre sur ce poisson à la défense explosive. Sur ce point la vieille est bien supérieure au bar.  

 

Le lieu jaune

Nom scientifique :

Pollachius pollachius

Famille :

Gadidés

cma1808_528On retrouve le lieu jaune sur tout le littoral français, cependant celui ci est particulièrement bien implanté en Manche et en Atlantique. Le lieu est un habitué des zones rocheuses les plus accidentées, il affectionne aussi tout particulièrement les épaves (jusqu’à 150-200m de profondeur). On en surprendra cependant parfois sur des fonds sablonneux, mais la plupart du temps il s’agira des sujets les plus jeunes. La période de reproduction du lieu est assez difficile à établir. Disons qu’elle s’étale entre les mois de janvier et de juillet selon la situation géographique et climatique. La plupart des postes où on le retrouve sont peuplés de plusieurs individus. Le lieu jaune peut atteindre plus d’un mètre de long pour plus de 10 kg, aussi on comprend assez mal pourquoi il lui est associé une taille minimale de capture aussi faible (30 cm). Son rythme de croissance est néanmoins assez rapide puisqu’un individu de 5 ans atteint déjà 60 cm. Les gros sujets sont de véritables prédateurs qui n’hésitent pas à chasser maquereaux, sardines, lançons, anchois…

Généralement on recherche le lieu à proximité immédiate du fond. Ainsi les leurres souples, cuillers, jigs et longbill minnows sont tout à fait adaptés à sa pêche. Néanmoins dans certaines conditions (climatiques et topographiques) le lieu se plaît à monter en surface. Si vous parvenez à comprendre son comportement sur les zones peu profondes, vous aurez probablement la chance de pouvoir le leurrer au popper ou au stickbait.  

 

Le chinchard

Nom scientifique :

Trachurus trachurus

Famille :

Carangidés

cmc1808_500Il existe plusieurs espèces de chinchards. Si le chinchard commun atteint facilement les 45 cm, il n’en est pas autant de son cousin méditerranéen, le sévereau (trachurus méditerraneus) qui n’atteint que rarement 35 cm. Le chinchard vit en bancs, souvent très importants. On le retrouvera fréquemment à proximité des côtes en été. Il s’éloignera dans les profondeurs durant la saison hivernale. Souvent compagnon du maquereau, il fréquente les mêmes types de zones et chasse lui aussi la plupart du temps entre deux eaux.

Le chinchard a une grande activité nocturne. Pendant les nuits d’été il profite souvent de la lumière des ports pour chasser les alevins et les petits crustacés dans une semi pénombre. Il est alors très amusant de le leurrer avec du matériel ultra léger, voir même à la mouche. Les leurres brillants et les maniements rapides seront à privilégier pour piéger ce carangidé miniature. Les petits lipless minnows (wander 60, water monitor, reef pencil) les rendent vraiment fous.

 

Le sar

 

Nom scientifique :

Diplodus vulgaris

Famille :

Sparidés

cmd1808_379On retrouve surtout le sar sur des secteurs rocheux et sur des fonds mixtes. Il affectionne particulièrement les zones les plus brassées. Le sar peut mesurer jusqu’à 50 cm. Poisson très présent et très recherché en Mer Méditerranée on le rencontre de plus en plus fréquemment en atlantique, sa limite de répartition semble se situer actuellement en Bretagne Nord.

Comme la plupart des autres sparidés (daurades royales, grisets…) on ne le considère pas comme un véritable prédateur. Cependant ce poisson opportuniste n’hésitera pas à attaquer un poissonnet en difficulté, ou un petit leurre bien manié.  

Très bon combatant, le sar est un poisson difficile, méfiant et donc très intéressant à pêcher.

 

 

 

 

 

Le maquereau

Nom scientifique :

Scomber scombrus

Famille :

Scombridés

cme1808_500Le maquereau est présent sur tout le littoral français. Il se rapproche de nos côtes au printemps pour s’en éloigner en automne. En général il se déplace en bancs très compacts. Les sardines, sprats, anchois, lançons font partie intégrante de son alimentation. C’est un poisson vraiment très combatif compte tenu de sa modeste taille (45 cm au maximum).

Il est vraiment amusant de le pêcher avec du matériel très léger.

 

 

 

 

Nous parlons de ce sujet sur le forum de discussion , n’hésitez pas à venir partager vos avis et expériences. Ce thème demande évidemment à être enrichit par une discussion entre pêcheurs .

<< Retour

Annonces
Pub