>> Rejoignez nos 29265 membres
création et référencement de site internet Inscription
 
  
0 article(s) | Voir  
 

AccueilArticles et DossiersVideosPhotosMagasin de vente en ligneMon compteForum

aimara2009

Tinmar et Steph en Guyane

Par Stéphane Macrez (as seabass29 sur le forum)

Je m’étais promis de revenir en Guyane en janvier afin de connaître les eaux basses sur la Sinnamary, le départ se fera donc après le salon de Clermont. Didier et Martin serons également de la fête pour un programme de 7 jours à l'aïmara plus 2 jours dans les marais de Kaw pour faire découvrir à mes deux novices les joies du poisson sauteur (le baby tarpon). Dix jours avant le départ, le téléphone sonne, c'est Dominique l'un des deux guides sur place.

“Steph c'est la cata, le carbet flottant a coulé cette semaine car la rivière est montée de 3 mètres dans la nuit sous des pluies torrentielles. Que fait-on ? On reporte ou on annule purement et simplement !”

Dur dur, l'affaire se présente mal, voir même très mal, 8 jours de bivouac en forêt sous la pluie avec des trombes d'eau et une rivière impêchable, je ne sens le coup que très moyennement.

Bon et bien on tente quand même en se disant qu'il nous restera malgré tout le tarpon pour nous venger si on ne réussi pas à l'aïmara. Changement de trousseau avec vêtements de pluie et toile de tente pour garder nos affaires au sec dans la mesure du possible. Pour assurer le coup, je demande à Dominique de nous écourter le séjour aïmara pour rallonger notre séjour tarpon de 2 jours et puis on verra bien !

Je suis très inquiet pour le bon déroulement du séjour, mais nous n'y pouvons rien. Nous ferons donc contre mauvaise fortune bon cœur et en avant Guingamp !!!

Départ d'Orly lundi 19 janvier avec armes et bagages ; le commandant de bord annonce soleil et 30 degrés à l'arrivée. Les dieux seraient  ils en train de nous sourire ? 9 heures de vol plus tard dans un avion quasiment désert nous arrivons à Cayenne sous des trombes d'eau (encore un qui a trop fait fumer sa grenouille), l'inquiétude se lit sur mon visage mais ne semble pas affecter mes amis à priori très contents d'être arrivés au pays du très méchant poisson !!

Dominique nous  donne des nouvelles du séjour. Il nous annonce tout d'abord qu'une solution au carbet a été trouvée. Nous dormirons au sec, mais pour les niveaux d'eau il n’a pas d’infos car la Sinnamary est à peu prés à 200 km de Cacao et les conditions de pluie peuvent être très différentes d'une partie de la Guyane à l'autre.

aimara091Apres une première nuit agitée (Martin a subi une attaque virtuelle de serpent ou d'araignée en plein milieu de la nuit, entraînant un effondrement de moustiquaire ainsi qu'un méga fou rire en allumant la lumière pour constater les dégâts), le départ se fera sous la pluie. Je le sens mal, très mal !!

La pluie, toujours la pluie ! Je maudis en silence, emmitouflé dans un poncho de m***e qui commence à prendre l'eau par les coutures et couler gentiment sous ma chemise. Horreur ! Qu'est ce qu'on fait là !!

Après 2 heures de pirogue, le miracle se produit, le soleil pointe son nez au fur et à mesure que nous nous rapprochons de l'entrée du barrage.

De plus, le niveau me parait moins important que l'année passée. A priori le climat litoral a été différent de celui-ci. En gros cela parait tout à fait praticable. Mon constat validé par nos deux guides, j'annonce la bonne nouvelle à mes amis.

Au moins pour les premiers jours, la pêche devrait être bonne ou tout du moins équivalente à celle de l'année passée. Sourires de satisfaction sur le visage de mes compères. Que la fête commence !

Moins d'une demi heure après l'installation dans un grand carbet surplombant la rivière, nos cannes sont déjà prêtes, armées de poppers. Nous prenons la peine de bannir l'armement d'origine pour le remplacer par de solides triples en 3/0 avec anneaux brisés en 100lbs, je vous assure que ce n'est vraiment pas du luxe.

aimara092Martin m’accompagnera sur la grande pirogue tandis que Didier fera équipe avec Dominique et Rose, sa femme qui fait également partie de l'expédition. Quelques conseils à mon jeune padawan, excité comme un troupeau de puces en chaleur ! Pour ceux qui n'ont jamais vu un Tinmar au fond de la forêt, debout dans une pirogue instable vociférant des “MAYDAY !!! MAYDAY !!!” “C'EST MYTIQUE !!” et autres “BEASTERFLY !!” ça impressionne toujours et personnellement j'en pisse encore de rire.

Première dérive et pas âme qui vive, sauf peut être un semblant de remous, mais le spectacle de la forêt ponctué de “C'EST MYTHIQUE !” (attention ça surprend) nous occupe une bonne partie de l'après midi.

Nous changeons de secteur et remontons sous le premier saut. La dérive entamée, je choisi un Roosta Pop 115 jaune. Le courant est rapide mais la berge est tout à fait pêchable avec des postes d'arbres morts bien marqués. Quelque lancés plus tard, première attaque fulgurante sur mon leurre.

aimara093NOM DE DIEU !! J'avais oublié la violence du client, il engloutit mon pauvre morceau de plastique dans un claquement de mâchoires à faire pâlir un jaguar !

Martin me regarde d'un air dubitatif, inquiet par la violence de l'attaque. “C'est quoi ce truc ???”

“Aïmara !!! et un beau pépère !” Le temps de mettre mon pouce sur la bobine pour arrêter l'individu, le poisson nous gratifie d'une magnifique chandelle en éclaboussant l'ensemble des occupants de la pirogue. “Ca fait peur !” me dit Tinmar. Je sens le poisson tirer vers le fond pour regagner les bois morts, la tresse frotte sur les arbres, je le sens, puis il cède et se dégage des obstacles, le combat peut commencer. Deux ou trois chandelles plus tard l'animal est amené a l'épuisette. Verdict : 12 kg ! C'est mon plus gros puisque l'année passée 11.7 kg avait été notre record. Ca commence bien !

Apres 2 autres poissons amenés au bateau dont un 10.5 kg, le compteur de Martin reste bloqué à zéro. Je crois qu'il appréhende sa première attaque. Je vous assure que pour quelqu'un qui n'a jamais connu que nos poissons metropolitains ça peut surprendre. Surtout que cette année, la taille des poissons a l'air conséquente.

Et boum !!! Ce coup ci c'est pour lui. “MAYDAY ! MAYDAY !!” Attaque de folie le long de la berge, saut en règle et 7 kg plus tard le pucelage de mon ami saute enfin. Il n’y a pas de mots, il n’y a plus de mots pour définir la joie de notre Tinmar que je qualifierai de national.

Première journée - 5 poissons pris dont 1 pour Tinmar et c’est sans compter les attaques non conclues et à peu près 7 ou 8 attaques ratées par Didier qui, il ne m'en voudra pas, passera sa soirée à sortir son leurre de la gueule des poissons par l'effet de surprise lié à la soudaineté des attaques. Je vous assure que ça déménage très fort, surtout quand les aïmaras dépassent régulièrement les 10 kg.  

Retour à la nuit au carbet pour un bon dîner préparé par Rose. Les histoires vont bon train et ma satisfaction en est d'autant plus grande que ce qui s’annonçait comme une galère est en train de se transformer en réussite. La joie de mes compagnons de pêche, impressionnés par ce poisson et par l'environnement dans lequel nous évoluerons durant plus d'une semaine, ne fait pas de doutes. 

Le lendemain, départ pour notre première expérience dans les sauts, notamment le plus grand d'entre tous :  « takari tanté » c'est là où commence à proprement dit la rivière originelle mais nous choisirons d'un commun accord de rester dans le barrage car c'est ici à coup sûr que se trouvent les plus gros poissons.

En effet, plus l'on monte, plus la densité des aïmara est grande mais plus leur taille diminue. Notre choix se portera donc sur la traque des gros spécimens et pourquoi pas sur l’espoir de battre le record du monde de mon ami Gérard Citadini avec un 14.9 kg au compteur l'année précédente. De plus, 1 mois auparavant, un client de nos guides a sorti un 16 kg non homologué en pêchant du carbet flottant ! Donc il y a de l'espoir.

aimara094Après un dernier méandre de la rivière, la chute s'ouvre devant nous. C'est tout simplement splendide. Nous débarquons sur une île au milieu du saut. Martin me regarde un peu étonné et se demande comment des poissons de cette taille et de cette morphologie peuvent venir se poster dans un tel bouillon ; ça c'était avant que François lui montre les caudales des aïmaras tapis dans le courant et trahis par leurs nageoires en attendent la dévalaison de quelconque poisson fourrage.

“Impossible” me dit-il. Comment faire pour sortir un poisson de là dedans !

“C’est pas compliqué. Tu prends ton leurre, tu le lances comme tu peux à 30 centimètres devant lui. Tu auras auparavant pris le soin de bloquer ton frein avec en plus la main dessus.” 

“Et après ?” 

“Après tu n'as plus qu'à prier que ça marche car l'attaque est systématique. Mais attention, pas le droit à l'erreur car le poisson ne reviendra pas 2 fois sur ton leurre.”

Apres quelques attaques infructueuses car maladroites et de notre part et de celle du poisson, nous faisons choux blanc mais avec quand même quelques grosses sensations, impressionnantes dans cet environnement (il faut le voir pour y croire) et quelques poissons perdus pendant la bataille, décrochés et même cassés. Manque de chance ou d'expérience ? Ce sera sans doute pour plus tard.

Retour au carbet pour midi, repas et sieste de rigueur pour un nouveau départ direction la dérive du soir, qui, il faut bien avouer,  donne les meilleurs résultats. Festival d'attaques et de décrochages en règle, les poissons sont très actifs ce soir et les attaques toujours aussi violentes que surprenantes. L'aïmara ne donne aucun signe avant coureur de sa présence, aucun suivi, aucun remou derrière le leurre. Il surgit de nulle part et vous explose la canne, plus impressionnant encore sur les sticks baits à l'arrêt, une pure montée d'adrénaline !

Nous sommes heureux, 17 attaques dans l'après midi pour moi et Martin, 5 poissons au bateau ! Les journées suivantes se dérouleront à peu près de la même manière. Activité matinale jusqu’ à 11 heures, trou de 11 à 16 heures, redémarrage vers 17 heures et folie de 18 à 19 heures. Pour les sauts, activité toute la journée quand  les poissons y sont présents. Sur ce séjour les sauts n'auront pas donné autant que l'année passée alors que la pêche en dérive se sera révèlée plus intéressante en terme de gros poissons (moyenne de 9 à 10 kg avec plusieurs individus de 11 à 12.5 kg). De mémoire de guides, la taille des prises de ce séjour aura été la plus forte depuis qu'ils opèrent sur la rivière.

Avant dernier jour de pêche. Nous partons avec Martin dans la ferme intention de filmer ces attaques pour une petite vidéo que nous avons programmé pour le compte d'Ultimate. Les poissons jouent avec nos nerfs et attaquent toujours quand la camera est éteinte, un vrai casse tête pour Tinmar. “Laisse tomber et pêche, nous verrons ce soir si les candidats se montrent plus coopératifs.”

aimara095Ainsi fut dit, ainsi fut fait et Tinmar, accroche à sa ligne un Z Claw magnum  pour une prospection plus ou moins méticuleuse de la berge, puis, à 3 mètres du bateau… l'explosion !

Un véritable boulet de canon avec claquement de mâchoires et tout le tralala ! Chandelle ! Mon dieu ! C'est un tout gros, peut être le record de Gérard. Petit couillu ne perd pas son sang froid et se jette dans la bagarre, la main sur la bobine du Stella 5000.

Le poisson saute une nouvelle fois et commence à sonder sous la barque ! De mon coté je merde gravement avec la camera alors que Dominique épuisera le poisson au bout d'une dizaine de minutes. Il est gros mais n'accusera “que 14 kg” à la balance. Record du séjour pour Tinmar !!

Bravo ! Séance photos et vidéo, le poisson repartira indemne. Je vous laisse imaginer la suite de la journée. Quolibets et chambrages durant 5 heures dans une pirogue de 4 mètres carré. Pour les connaisseurs, ça devient assez rapidement  insupportable, un peu comme un pélagique sur une frayère à bars !  Intolérable !  (il fallait bien que la place quand même).

aimara096

Le soir, scénario identique, attaque en règle et un très gros poisson, sans doute un record, que j'ai eu la chance de voir,  mais que je n'ai pu arrêter avant qu'il ne se réfugie dans un tronc, 5 ou 6 mètres sous le bateau. Dommage ce sera pour une prochaine fois.

Départ le lendemain sous le soleil. Nous serions bien resté un ou deux jour de plus, surtout que pour boucher les trous, nous avons découvert un autre poisson : l'acoupa rivière. Au leurre souple en lancer ramené ou en verticale, il mord très bien durant les heures chaudes de la journée. Amusant et combatif, il ressemble comme 2 gouttes d'eau a l'otolite africaine et pèse entre 1 et 8 kg pour les plus gros.

Retour sans encombres à Cacao le soir pour un départ sur les marrais de Kaw le lendemain matin, à nouveau sous une pluie battante. Finalement nous avons bien fait de choisir cette option, de plus cela nous fait comme un nouveau séjour de pêche. Nouveau poisson, nouvel endroit, impeccable !

Petit couillu est à nouveau très énervé. Les premières attaques et les premières décroches ne se font pas attendre. Très surprenantes quand on ne connaît pas. A la moindre touche il faut tout mettre sinon au revoir le tarpon! Les hameçons simples sont un plus indéniable et permettent de décrocher 2 à 3 fois moins de poissons qu'avec un triple. Nos journées se solderont avec une dizaine de poissons par jour au bateau et le triple ou le quadruple décrochés durant les combats, ça saute très dur et la bouche est une vraie plaque de béton. Je vous assure que sur des cannes à bars d'action très raide pour le ferrage c'est tout simplement génial car très visuel avec des sauts à répétition, des décrochages à en devenir cinglé, enfin du vrai bonheur si il n'y avait pas ces fameux taons, mais bon ! Une bonne chemise à manches longues ainsi qu'un pantalon et des petites chaussettes et l'affaire est jouée ! Le soucis c’est que nous, on avait pas les petites chaussettes.

tarpon

Encore une fois, record pour Tinmar !! Pas un monstre, mais un joli poisson d'une douzaine de kilos. A côté de ça on a assisté à des casses et des décrochés de poissons de plus de 20 kg.

En conclusion ce voyage restera un des très bons séjours que j'ai pu réaliser pour la qualité vraiment unique, et je pèse mes mots, des gens qui nous ont guidé (je pense a Dominique, Rose et François) ainsi que de ceux qui m’ont accompagné : Didier pour sa gentillesse et sa bonne humeur quotidienne et Martin pour ces crises de rires authentiques et son enthousiasme devant toutes ces nouvelles expériences que j'ai eu un réel plaisir de partager avec lui.

Je ne dirais qu'une chose, c'était MYTHIQUE !!!!!!

Petits conseils de voyage :

Carte d'identité car la Guyane c'est la France / Vaccination fièvre jaune obligatoire / Valise (en dur ça évite beaucoup de problèmes notamment pour le matériel) / Prévoir un sac souple étanche pour vos affaires de pêche / des bidons étanches sont prévus pour vos effets personnels (il n'y a pas mieux) / Voyager léger au niveau vêtement. Je conseille des chemises à manches longues synthétiques car elles sèchent très vite. Pantalon idem. Casquette et produit anti moustiques. / Pas de pharmacie ils ont tout le nécessaire.

Matériel aïmara :

Big Bait casting ou spinning Tenryu (l’arme fatale) / Destroyer casting (THP F6 ou Orochi Peak performance F5) Megabass (inusables et légères pour lancer toute la journée) / Moulinet Curado pour le casting, Stella 5000 ou encore Certate 4000 pour le Spinning / tresse en 40 ou 50 lbs avec bas de ligne acier en 60 lbs de 20 cm / Poppers : tous à peu prés.  Ne pas prévoir trop petit 10 cm mini, le roosta popper 115 s'est révélé très efficace et solide / Sticks baits : Z claw magnum , Amazone, Orpoï sous la pellicule d'eau (attention au bois morts).

Matériel baby tarpon :

Bannir les cannes a action parabolique / Destroyer Hedgehog F5 et Super mix 2.10 pour Tinmar et Orochi F5 pour moi / tresse en 30 ou 40 lbs avec fluoro carbonne en 50 lbs car la mâchoire du tarpon abîme très rapidement celui-ci / Leurres : X-80 Trick darter et X-92 Edonis Megabass, shad rap Marlboro, Sandra Marlboro, vision 110 Megabass, tide minnow 75

Ah oui, surtout vous ne dites pas à Tinmar que je l'appelle petit couillu… car il pourrait se vexer !!! En gros, faites suivre !!!

J'oubliais, GOLUM N'EST PAS MORT !!! IL VIT EN GUYANE AU FOND DE LA FORET !!!!

t1mar

Nous parlons de cet article sur le forum, n’hésitez pas à venir le commenter en cliquant ici : http://www.pecheaubar.com/punbb/viewtopic.php?id=19903

Annonces
Pub