>> Rejoignez nos 23708 membres
Inscription
 
  
0 article(s) | Voir  
 

AccueilArticles et DossiersVideosPhotosMagasin de vente en ligneMon compteForum

Lettre D

DACRON : c’est le nom d’un matériau utilisé comme fil afin de confectionner des bas de ligne, actuellement il est essentiellement utilisé par les carpistes et pour la pêche au gros. Il est composé à base de polyester.

DANDINE (ou dandinette) : c’est une technique de pêche verticale consistant à animer un leurre ou un appât lesté au dessus du fond par des tirées suivies de relâchés. La dérive aidant les pêcheurs en bateau, la prospection se fait ainsi en dents de scie à proximité du fond.

DANDINER : c’est l’action qui consiste à pêcher en animant son leurre ou son esche comme on le fait dans le cadre de la pêche à la dandine.

DANDINETTE : cf. dandine.

DARCES : cf. darses.

DARNE : c’est un terme culinaire désignant une tranche, issue d’un poisson de taille importante.

DARSES : c’est le nom que l’on donne aux bassins abrités dans les ports méditerranéens ou dans les fleuves.

DARTER : cf. plug.

DAUPHIN : c’est un cétacé mesurant environ 3 mètres de long, excellent nageur il se nourrit principalement de poissons, qu’il chasse en petits groupes.

DAURADE GRISE : cf. canthère.

DAURADE ROSE : cf. pageot.

DAURADE ROYALE : son corps est ovale, trapu, très haut, et ses flancs sont comprimés ; sa tête est massive, sa denture très solide. Ce poisson dégage une forte impression de puissance, la dorade possède de 4 à 6 canines, mais aussi des molaires disposées sur 4 rangées dont elle se sert pour broyer les coquillages, même les bulots ne peuvent y résister, ceci lui vaut son surnom de « gueule pavée ». Ce poisson naît mâle et se transforme ensuite en femelle, les plus grosses daurades sont ainsi des femelles, elles peuvent atteindre 70 cm de long pour un poids de plus de 7 kg. La daurade doit son nom (et son surnom de sourcil d’or) au croissant doré situé entre ses yeux. Deux taches sombres soulignent la partie supérieure de ses opercules. Arrivant au printemps pour repartir à l’automne, elle est présente à la côte durant la belle saison. Les élevages ostréicoles ou mytilicoles sont très favorables à son assiduité, elle y trouve une nourriture abondante et facile. Elle obéit à des rythmes dépendant largement des mouvements d’eau liés aux marées, ce qui fait que d’un jour à l’autre les passages de daurades sur un secteur interviendront souvent à la même heure/marée. C’est un poisson euryhalin, c'est-à-dire qui supporte de grandes variations de taux de salinité, et qui peut, de ce fait, remonter dans les estuaires ou dans les étangs littoraux. Elle est friande de crustacés et de vers marins qu’elle déniche sur le sable et sur les accores rocheux, cependant elle ne dédaigne pas les poissons. Les meilleurs moments pour les capturer semblent coïncider avec les périodes de faible luminosité (ciel couvert, crépuscule, lever de soleil, nuit). C’est un poisson très difficile et rusé, ce qui oblige bien souvent le pêcheur à employer des montages fins et coulissants pour parvenir à la séduire. Poisson très recherché pour son combat au bout de la ligne, il l’est aussi pour la richesse de sa chair. Vous la tenterez à l’aide de divers coquillages, de bibis ou de crabes mous, voire même avec des morceaux de sardine ou de calmar en hiver sur la côte méditerranéenne. Les pêches à soutenir ou en surf-casting, sont les plus couramment utilisées pour cibler la « royale ».

DEAD DRIFT : c’est une dérive de l’appât ou du leurre, dont la vitesse est calquée sur celle du courant, en somme une dérive naturelle.

DEAD STICKING : appelée aussi « do-nothing », cette animation consiste justement à ne pas animer le leurre. Ceci peut durer pendant de longs moments avant de décider un carnassier à se saisir du leurre.

DECALÉE (soie) : on nomme ainsi les soies qui ont le centre du fuseau décalé vers la tête.

DÉCENTRÉE (soie) : cf. W.F. line.

DEEP DIVER (ou deep diving) : ce sont des types de crankbaits très plongeants (3 mètres et plus).

DÉFERLANTES : c’est ainsi que l’on nomme les vagues qui se brisent en écume, tout en roulant sur elles-mêmes.

DÉGAZAGE : c’est le nettoyage des citernes d’un pétrolier pour enlever les gaz et les dépôts. Il est souvent réalisé illégalement en pleine mer, il en résulte alors une pollution importante des eaux, on parle alors de « dégazage sauvage ».

DÉGORGEOIR : c’est un ustensile utilisé par le pêcheur afin de détacher un hameçon piqué profondément dans la gueule d’un poisson sans blesser celui-ci.

DELTA : c’est une forme de relief littoral plus ou moins saillante, résultant de l’accumulation de matériaux (alluvions) apportés par un fleuve au niveau de son embouchure, et la divisant en bras de plus en plus ramifiés. On les rencontre le plus souvent dans des mers à faible marnage, où l’accumulation sédimentaire est facilitée par la stabilité du milieu. Certains deltas sont aujourd’hui souvent menacés en raison du manque d’apport sédimentaire lié à la construction de barrages sur les cours d’eau.

DÉMERSALE : ce terme qualifie une espèce vivant sur le fond ou à proximité de celui-ci et dont la vie et la survie sont largement dépendantes.

DEMI DURE : c’est la néréide de vase, l’appellation demi dure est surtout utilisée pour les vers d’élevage.

DÉMOULINAGE : cf. backwinding.

DENTI : proche cousin des daurades, ce poisson possède un corps busqué et musclé recouvert d’écailles argentées qui ont tendance à prendre une teinte rosée avec l’âge, son front est fortement bombé. Sa gueule, largement fendue, est composée d’une denture comportant 4 canines pointues qui ne trompent pas sur son régime alimentaire. Il quitte les profondeurs quand arrivent les beaux jours, et vient chasser dans des zones moins profondes où il va rester jusqu’à l’automne. Il fréquente les tombants et les estuaires où il trouve des bonnes concentrations de poisson fourrage. Il évolue souvent à plus de 10 mètres de profondeur en bancs de quelques individus. Il peut atteindre 1 mètre pour 12 kilogrammes. L’idéal est de lui proposer un vif entre 10 à 25 mètres de fond. Les appâts indiqués pour sa capture sont les sars, chinchards, mulets, poulpes, calmars…

DEPHTFINDER : cf. sondeur.

DÉRIVE : c’est un mouvement d’un bateau arrêté, dû à l’action des vents et/ou des courants. Les dérives sont très importantes pour la pêche, en effet une bonne dérive doit permettre d’approcher et de pêcher silencieusement un poste, ce qui doit favoriser nettement l’activité des carnassiers. Le calcul de la dérive devient tout un art quand il s’agit de passer précisément entre deux roches émergeantes par exemple.

DÉTECTEUR DE TOUCHES : c’est un mécanisme destiné à signaler la touche (par traction ou relâché sur la ligne) à l’aide d’un indicateur sonore et/ou visuel, il est surtout utilisé par les pêcheurs de carpes en eau douce où il est très perfectionné. Les pêcheurs en surf-casting l’utilisent aussi à la manière d’un grelot ou d’un signal lumineux placé sur le scion.

DÉTROIT : c’est un bras de mer entre deux terres rapprochées (continents ou îles) et qui fait communiquer deux mers. On le qualifie aussi souvent de « bras » ou de « manche ».

DÉVALAISON : c’est le nom de la migration effectuée par les poissons amphidromes, qui descendent les cours d’eau en direction de l’océan.

DÉVIDAGE : c’est ainsi qu’on appelle la sortie, spire par spire, du fil contenu sur le moulinet.

DÉVIDEUR DE FIL : c’est un ustensile ayant pour but de vous aider à enlever les fils fatigués de vos moulinets. Il fonctionne à piles, et vide vos bobines en quelques secondes. De plus, le fil défraîchi se déroulera parfaitement, il vous suffira donc de vous placer au dessus d’une poubelle pour vous en débarrasser facilement.

DEVON : c’est un leurre constitué par une tige métallique autour de laquelle tourne une pièce munie d’une voire plusieurs hélices.

DIATOMÉES : ce sont des algues unicellulaires de taille microscopique entourées d’une enveloppe siliceuse.

DIMORPHISME : c’est la présence pour une même espèce de deux formes morphologiquement distinctes (mâle et femelle, jeune et adulte).

DISQUE DE FREIN : c’est un système de frein à disque qui équipe aujourd’hui certains de nos moulinets.

DIVING : c’est une animation spécifique aux stickbaits verticaux sur l’eau, consistant  à les faire plonger sous l’eau sur quelques centimètres via une tirée courte mais franche (short jerk), scion pointé vers le bas. « Diving » signifie d’ailleurs plonger, et est donc fréquemment associé à d’autres termes pour caractériser une plongée (shallow diving, medium diving, deep diving).

DOGUETTE : surnom de la petite morue.

DOODLING : c’est une technique d’animation verticale, elle est utilisée pour des pêches aux leurres souples en bateau. Le montage ici est le texas rig ou le jighead, l’animation consistant en de courtes tirées vers le haut juste au dessus du fond, presque similaire à une pêche en dandine. Il faut avoir repéré les poissons auparavant, le sondeur est donc grandement conseillé.

DORADE GRISE : cf. canthère.

DORADE ROSE : cf. pageot.

DORADE ROYALE : cf. daurade royale.

DORIS : c’est un petit bateau utilisé pour la pêche, il est caractérisé par un fond plat et employé principalement en Normandie et en Bretagne nord.

DORMEUR : cf. tourteau.

DORSALE (nageoire) : c’est une nageoire impaire située sur le dos des poissons. Il peut y en avoir plusieurs (3 chez certains gadidés).

DOUBLE ANTI-RETOUR : c’est la combinaison des anti-retours infini et mécanique.

DOUBLE EMMANCHEMENT : c’est l’alliance de l’emmanchement spigot et de l’emmanchement inversé. C’est en quelque sorte une double sécurité. Cependant certaines cannes à action semi parabolique mais surtout parabolique, peuvent être gênée dans leur travail par ce point trop « fort » au niveau de l’emmanchement.

DOUBLE ENROULEMENT (du blank) : le double enroulement est la manière la plus efficace de fabriquer des blanks ; toutes les fibres de carbone sont utilisées dans le processus de fabrication. Une fine feuille de carbone léger est roulée à 90° sur le mandrin puis la section principale est ajoutée. La partie finale du processus consiste en un autre enroulement à 90° de carbone externe très mince. Ce processus intégral optimise la structure du blank et crée des cannes aux très grandes performances.

DOUBLE MANIVELLE : c’est tout simplement une manivelle munie de deux poignées.

DOUBLE TAPPER : ou « D.T. line », c’est une soie à double fuseau, le maximum de poids est ici placé en son milieu.

DOUBLE TRACTION : c’est un lancer spécifique à la pêche à la mouche. Il permet d’atteindre de grandes distances, c’est ainsi le lancer le plus utilisé par les moucheurs qui opèrent en mer.

DOUBLE TURLE (nœud) : c’est une amélioration du nœud turle, il permet une meilleure tenue et évite tous risques de glisse, cependant il est quelque peu plus grossier. Il est très facile à réaliser, même dans des conditions difficiles.

DOWN SHOT RIG : cf. drop shot rig.

DOWNSIZING : c’est l’action qui consiste à changer son leurre pour un plus petits afin de s’adapter à la nourriture que recherchent les carnassiers.

DRACKOVITCH : c’est le nom d’une monture à poisson mort manié, probablement la plus employée encore actuellement. Elle porte le nom de son inventeur.

DRAG : les moucheurs parlent de drag pour évoquer l’effet créé par une mouche dérivant en surface à une vitesse différente de celle du courant.

DRAGAGE : c’est ainsi que les moucheurs nomment l’action par laquelle la dérive mal contrôlée de la soie ou de la mouche elle même laisse un sillage néfaste en surface, à éviter à tout prix.

DRAGUE : c’est un filet en forme de poche, muni d’une armature en triangle ou en arc de cercle et dont la partie inférieure forme un racloir. Elle est principalement utilisée pour la pêche des huîtres ou des coquilles saint-jacques.

DRENNECK : c’est l’appellation bretonne du bar.

D-RIG : c’est un hameçon auto ferrant utilisé pour la pêche de la carpe à la bouillette.

DROIT (hameçon) : c’est un type d’hameçon dont la hampe et la pointe se trouvent sur le même axe, on l’oppose à l’hameçon renversé pour lequel ce n’est pas le cas.

DROP SHOT RIG : c’est ainsi que l’on nomme un montage pour leurre souple, le plomb est fixé en bout de ligne. Le leurre monté sur une potence en dérivation à peu près 30 cm au dessus du plomb. Ce montage est aussi appelé « down shot rig » ou encore « undershot rig ». C’est un montage idéal pour rechercher des poissons peu actifs, au raz du fond.

D.T. LINE : cf. double tapper.

DUBBING : on entend par dubbing les fibres synthétiques, destinées au montage du corps des mouches artificielles. Il possède les qualités de rembourrage des fibres naturelles et des fourrures d’animaux. Par extension c’est aussi le nom de ce rembourrage, on parle alors de dubbing même pour l’utilisation de fibres naturelles.

DUCKER : c’est le nom d’un waggler massif, souvent de petite taille.

DUNCAN (nœud) : c’est le nœud que nous connaissons plus généralement sous le nom de « nœud du pendu », il est intéressant car il permet de créer un boucle dans laquelle le leurre sera beaucoup plus libre qu’avec un nœud bloqué contre l’œillet. Cependant on pourra aussi le faire descendre jusqu’au point de fixation si besoin est. On pourra aussi s’en servir pour réaliser une boucle seule.

DUNES : ce sont les buttes, les collines de sable fin formées par le vent sur le bord des mers.

DUNES BORDIÈRES : ce sont les dunes de première ligne, les plus touchées par l’érosion d’origine maritime.

DUST SHOT : cf. cendrées.

DYNA BALANCE : c’est un concept que la marque shimano applique lors de la fabrication de certains de ses moulinets, de façon à supprimer les vibrations parasites.

Annonces
Pub
Pub
Pub