>> Rejoignez nos 23708 membres
Inscription
 
  
0 article(s) | Voir  
 

AccueilArticles et DossiersVideosPhotosMagasin de vente en ligneMon compteForum

Lettre F

FALSE CAST : cf. faux lancer.

FAUX LANCER : ou « false cast », c’est la technique utilisée par les moucheurs pour sortir de plus en plus de soie ou pour se déplacer sans ramener sa mouche.

FAST TAPER : c’est la formule anglaise signifiant « action de pointe ».

FEEDER : c’est un instrument métallique creux dans le lequel on va placer de l’amorce, celle-ci se libérera au fur et à mesure par les petits trous qui percent la cage du feeder. Le feeder est attaché au montage de façon coulissante, juste au dessus du bas de ligne, il y joue le rôle de lest.

FERME AQUACOLE : c’est l’espace voué à l’élevage de poisson, à la pisciculture, en mer les fermes aquacoles sont généralement constituées de « cages » délimitées par des filets. Des poissons évoluent donc en captivité dans ces cages, implantées, elles, dans le milieu naturel.

FERRAGE : c’est l’action qui consiste à ferrer un poisson, c'est-à-dire à assurer la prise de la pointe de l’hameçon dans la gueule du poisson. Ce mouvement se traduit par une tirée franche mais assez sèche opérée sur la ligne au moment de la touche.

FEUILLE DE SAULE : cf. willow leaf.

FIBRE DE VERRE : c’est un matériau servant à la fabrication de cannes à pêche. C’est en fait un assemblage de nombreuses fibres de verre, recouvertes de matière plastifiée.

FIL : en monofilament ou en multifilament, il est principalement caractérisé par son diamètre donné en centièmes de mm, plus celui-ci est important plus le fil sera résistant mais moins il sera discret. Des caractéristiques comme la mémoire, l’élasticité, la glisse ou encore la résistance aux nœuds ou à l’abrasion seront aussi à prendre en compte dans le choix d’un fil.

FIL DE MONTAGE : c’est le fil de base nécessaire au montage d’une mouche. Il va permettre de fixer les différents composant sur l’hameçon. On utilise généralement des fils synthétiques fins et solides.

FIL ELASTIQUE : c’est un fil très fin qui permet d’assurer la fixation d’un appât sur l’hameçon.

FILETS DROITS : ils sont formés de nappes rectangulaires très longues tendues vers le haut par une corde munie de flotteurs et par le bas par une corde lestée. Ils sont utilisés pour pêcher les poissons migrateurs qui viennent s’y prendre en se maillant par les ouïes. Ils sont généralement mouillés le soir et levés au lever du jour, le plus souvent à l’aide d’un vire-filet, c’est-à-dire une poulie mécanisée dont la gorge est garnie de caoutchouc.

FILETS TOURNANTS : cf. sennes coulissantes.

FIN DE FER (hameçon) : un hameçon fin de fer est constitué d’un acier très fin.

FINGERLING : ce terme est utilisé pour évoquer un poisson de petite taille (la taille d’un doigt).

FINISSEUR DE NŒUDS : petit ustensile du monteur de mouches, il lui permet de réaliser facilement des nœuds parfois délicats. Il est muni d’un crochet rigide et d’un crochet rotatif.

FINNOCK : ce nom est parfois utilisé pour caractériser une jeune truite de mer.

FISHFINDER : cf. sondeur.

FISH FUZZ : c’est le nom d’une fibre synthétique destinée au montage de mouches.

FJORD ou FIORD :  c’est une vallée d’origine glaciaire envahie par la mer et marquée par des surcreusements. Ils prennent la forme de golfes s’enfonçant dans l’intérieur des terres. Ces termes sont utilisés en Scandinavie et en Ecosse.

FLASHABOU : c’est une fibre synthétique brillante servant au montage de mouches.

FLATS : ce sont des plages sans relief particulier.

FLET : c’est le nom d’un poisson plat à forme de losange, on le retrouve très souvent dans les estuaires, il peut supporter des taux de salure très faibles et ainsi remonter très haut, voir dans le domaine de l’eau douce. Son corps est rugueux et présente des verrues épineuses réparties sur la longueur de la ligne latérale. Il est « droitier » dans la majeure partie des cas, on en trouve parfois des « gauchers ». La proportion est parfois de 1/3, en particulier dans les régions où le flet fraye en même temps que la plie. On assiste alors à la naissance d’individus bâtards. Il s’enfouit dans le sable dès que la luminosité est importante il est donc logique de le rechercher de nuit ou par temps couvert. On le retrouve très souvent à proximité des herbiers. On le pêche préférentiellement en hiver, saison pendant laquelle les flets sont présents en nombre à la côte. Les petits vers marins ainsi que la chair de coquillage ou encore de petits crabes sont d’excellents appâts pour espérer l’attraper.

FLETAN : c’est un grand poisson plat des mers froides (5-7°C). Il est « droitier », de forme élancée. La dorsale naît au niveau de l’œil supérieur. Il peut atteindre 4 m de long pour 300 kg, il a alors 50 ans. On en rencontre parfois au large de la Bretagne en hiver par plus de 50 m de fond. Des essais de marquage ont montré que certains individus entreprennent des migrations parfois considérables. Le flétan est un carnassier très vorace se nourrissant principalement de poissons, mais ne dédaignant pas les poulpes, les grands crustacés et autres animaux de fond.

FLIPPING : c’est le lancer sous la canne, il permet une présentation très discrète du leurre. Cependant c’est une technique de lancer qui implique des pêches à courte distance. Les cannes relativement courtes (autour de 2 m) sont considérées comme les meilleures pour effectuer ce type de lancers.

FLOAT STOP : c’est le nom donné au dispositif destiné à limiter le coulissement d’un flotteur sur la ligne, il est en général composé d’un nœud d’arrêt et d’une perle en caoutchouc.

FLOAT TIP : cf. antenne.

FLOAT TUBE : c’est une bouée spécialement conçue pour permettre à l’utilisateur de pêcher dans l’eau, même s’il n’à pas pied.

FLOT : ou « montante », c’est une période durant 6H sur les côtes atlantiques françaises, pendant laquelle la mer monte et recouvre l’estran. Le flot alterne avec le jusant, et en est séparé par l’étale.

FLOTTEUR : c’est un indicateur de touche flottant, il est très majoritairement utilisé par les pêcheurs qui désirent présenter un appât entre deux eaux. Il est composé d’une quille et d’une antenne. Il peut être fixe ou coulissant, on en trouve de nombreuses formes et tailles.

FLOTTEUR A AILETTES : c’est un flotteur muni d’ailettes fixées au sommet de son antenne, celles-ci doivent lui permettre de bénéficier de la force du vent pour atteindre des postes lointains.

FLOTTEUR A VOILE : c’est un flotteur muni d’une antenne sur laquelle est fixée une voile, celle-ci doit lui permettre de bénéficier de la force du vent pour atteindre des postes lointains.

FLOTTEUR BOLOGNAISE : c’est un type de flotteur spécialement destiné à la pêche à la façon bolognaise, il a la forme inverse du flotteur goutte d’eau. Ainsi il est fin dans sa partie inférieure et large dans la supérieure.

FLOTTEUR BOULE : c’est un flotteur dont la quille a la forme d’une boule. Il présente le gros inconvénient d’être massif et de résister fort à la traction, cependant s’il est bien équilibré il est excellent pour pêcher les courants et les zones agitées.

FLOTTEUR CAROTTE : c’est tout simplement un flotteur qui reprend la forme générale d’une carotte, il est d’allure filiforme. Il offre un minimum de résistance à la traction et s’enfonce très vite, s’il est bien équilibré. Cependant il à le gros désavantage d’être très instable quand la surface de l’eau est agitée.

FLOTTEUR FILIFORME : c’est un type de flotteur très fin, offrant très peu de résistance à la traction.

FLOTTEUR FUSIFORME : ce type de flotteur est assez discret et pénètre dans l’eau sans opposer de résistance.

FLOTTEUR GOUTTE D’EAU : entre le flotteur boule et le flotteur carotte, il représente la forme intermédiaire, à l’image d’une goutte d’eau. Large sur sa partie inférieure, il est fin en son sommet, il allie donc les qualités de stabilité et de discrétion à la tirée.

FLOTTEUR TOULOUSAIN : c’est un flotteur assez trapu, la taille de son antenne est relativement faible. On le retrouve souvent dans de petites tailles.

FLUOROCARBONE : c’est un fil raide, constitué à base de Polyvinyllidène Flouride (PVDF), dont l’indice de réfraction et la densité sont très proches de ceux de l’eau, il est donc très difficile de le distinguer sous la surface.

FLUX : cf. flot.

FLY ROD: cf. canne à mouche.

FOËNE : c’est un harpon muni d’une ou de plusieurs pointes à ardillons, il est fixé à l’extrémité d’un manche. Cet ustensile sert à capturer les anguilles et les poissons plats.

FOISONNEMENT : c’est ainsi que l’on appelle les problèmes d’emmelement du fil au niveau du moulinet.

FORCE DE RUPTURE : c’est le poids à partir duquel un fil va casser si on lui impose de le soulever.

FOU DE BASSAN : c’est un grand oiseau plongeur palmipède, il descend jusqu’à 6 m de profondeur pour capturer des lançons, anchois ou maquereaux. Sa présence sur une chasse est un indicateur de chasse de qualité où les bars ne manquent pas d’être de la partie.

FOUET : cf. canne à mouche.

FOURREAU : c’est un étui de protection destiné à transporter une ou plusieurs cannes.

FP CLEAR BLUE TIGER : c’est un coloris de leurre développé par la marque illex. La tête et le dos sont couleur bleu vert émeraude, les flancs sont translucides, zébrés par 3 bandes blanches. Le ventre présente des reflets orangés.

FRAI : c’est ainsi que l’on nomme les œufs ou les alevins venant de naître.

FRAIE : c’est le nom que l’on donne fréquemment à la période de reproduction chez les poissons.

FRAYERE : c’est la zone de reproduction chez les poissons. La plupart du temps la femelle dépose ses œufs sur la frayère et le mâle les féconde. Ce sont des espaces qui vont regrouper de très grandes concentrations de poissons pendant un certain temps. Ces espaces sont donc particulièrement sensibles, et doivent être protégés et surveillés. Il ne faut pas les confondre avec les zones de nourricerie qui n’occupent pas les mêmes espaces.

FREE FALLING : c’est une animation propre aux spinnerbaits, jigs et buzzbaits, consistant à pêcher sous le bateau en laissant descendre votre leurre (ici plus encore plus qu’avec d’autres types de leurres cette action est très importante), à l’aplomb d’un rocher où encore en bordure d’un champ d’algues, de façon à imiter une proie morte. Laissez votre spinnerbait tomber jusqu’au fond si possible, puis marquez une pause de quelques secondes avant de le dandiner puis de le remonter en alternant phases lentes (vitesse à laquelle la palette doit commencer à tourner) et accélérations franches.

FREIN AVANT : ici le système de frein est placé à l’avant du moulinet.

FRENCH FRY : c’est un leurre souple ressemblant vaguement à une frite.

FRETIN : c’est le nom que l’on donne aux petits poissons et aux gros alevins, sujets à la prédation des gros carnassiers.

FRITURE : c’est un terme utilisé pour désigner les poissons de petite taille dans leur ensemble.

FRONDE : c’est un outil utilisé surtout par les carpistes afin de propulser des boules d’amorce à longue distance.

FRONTALE (lampe) : la lampe frontale est indispensable aux pêcheurs en surf-casting qui pratiquent de nuit, elle leur permet en effet de bénéficier de leurs deux mains libres.

FRY : cf. fretin.

FUSEAU : c’est le nom des lignes utilisées pour la pêche à la mouche, elles sont constituées d’un ventre épais, le diamètre de la soie s’affinant en allant vers une pointe voire vers chaque pointe. La position de ce ventre va déterminer le type de la soie.

Annonces
Pub
Pub
Pub