>> Rejoignez nos 23708 membres
Inscription
 
  
0 article(s) | Voir  
 

AccueilArticles et DossiersVideosPhotosMagasin de vente en ligneMon compteForum

Lettre L

LABRE : c’est un poisson à dentition double et lèvres épaisses ressemblant beaucoup à la vieille, il vit dans les eaux peu profondes des côtes rocheuses. Les deux sexes diffèrent fortement quant à leur pigmentation, qui est elle-même très variable. Ils se nourrissent de mollusques et de crustacés.

LABRIDES : famille de poissons de fond dont la nageoire dorsale est mi-épineuse mi-souple. Les lèvres sont charnues, les mâchoires édentées. Ces poissons vivant souvent dans la zone d’algues, sur les côtes rocheuses, sont vivement colorés. On retrouve dans cette famille des poissons comme la girelle ou la vieille par exemple.

LAGUNE : étendue d’eau de mer, comprise entre la terre ferme et un cordon littoral, généralement percé de passes (graus).

LAISSE DE (BASSE / HAUTE) MER : niveau atteint par la mer lors des deux étales.

LAITANCE : matière blanchâtre correspondant au sperme chez les poissons osseux.

LAMELLIBRANCHES : classe de mollusques aquatiques acéphales, bivalves, aux branchies en forme de lamelles. Les moules font partie de cette classe.

LAMES : ondulation de la mer sous l’action du vent, qui s’amincit à son sommet écume et déferle.

LAMINAIRE : algue marine brune, de la famille des phéophycées, dont la partie foliacée se présente en longs rubans bruns aplatis.

LAMPROIE : de la famille des cyclostomes, la lamproie est un poisson au corps cylindrique, à bouche circulaire, ayant l’apparence d’une anguille. Son disque buccal est muni de nombreuses rangées concentriques de dents cornées. Elle atteint une longueur maximale de 1 m. La lamproie se nourrit de sang et d’animaux morts ; on la trouve souvent fixée à des morues, des harengs, des maquereaux, des requins. Après avoir percé la peau de sa victime en la râpant, elle sécrète dans la plaie une substance qui dissout les tissus et empêche la perte de sang. Elle remonte les fleuves en automne et au début du printemps et fraie sur les fonds pierreux de février à juin. Les jeunes lamproies regagneront la mer quand elles auront atteint une taille avoisinant les 20 cm.

LANCON : poisson au corps effilé, de la famille des ammodytidés, il s’enfouit dans le sable. Il a une tâche sombre de chaque côté du museau, sa membrane buccale est peu protractile, ces caractéristiques permettent de le différencier de l’équille avec laquelle on le confond trop souvent. Il peut atteindre une taille de 35 cm. C’est un excellent appât pour rechercher les bars, les lieus et les turbots en particulier, surtout s’il est utilisé vivant. On peut le capturer à marée basse en creusant dans le sable avec une fourche-bêche, en effet ce poisson s’enfouit dans le sable humide une grande partie du temps. On peut aussi le dénicher du sable à l’aide d’une faucille dont la lame est émoussée. Enfin il se capture facilement à la mitraillette quand les bancs sont compacts. Il faut noter qu’il fréquente assidûment les arrivées d’eaux douces. Il est difficile à conserver vivant, l’idéal est semble-t-il de le placer dans un bac de forme ronde dans lequel on va créer un courant à l’aide d’une pompe. Seuls les poisson intacts à l’issue de la capture auront des chances de survie, ainsi dans le cas d’une capture des lançons à l’aide d’une mitraillette il serai judicieux de supprimer les ardillons de ses hameçons.

LANDING NET : cf. épuisette.

LANGOUSTINE : crustacés mesurant au maximum 24 cm, les langoustines vivent par plus de 40 m de profondeur sur des fonds meubles où elles s’enfouissent généralement le jour pour ne se mettre en chasse qu’à la tombée de la nuit.

LANGUE DE SABLE : elle est très souvent l’indicateur de la présence d’une baïne, qu’elle sépare de la mer quand elle n’est pas recouverte d’eau.

LASER GHOST BLACK : coloris de leurres de chez lucky craft. Le dos est noir le dos des flancs présente une légère bande bleu marine presque transparente, les flancs et le ventre sont totalement transparents.

LASER GHOST WAKASAGI : coloris de leurres lucky craft. Le dos est vert bouteille, on retrouve une bande turquoise presque transparente sur le haut des flancs, le reste du corps est transparent.

LASER PEARL : coloris de leurres lucky craft. Ces leurres sont d’un blanc uni.

LASER RAINBOW TROUT : coloris de leurres de chez lucky craft.

LASER TANAGO : coloris de leurre de chez lucky craft. Le dos est brun les flancs argentés sont légèrement irisés sur leur partie inférieure, le ventre est jaune brillant.

LEAD CLIP: cf. accroche-plomb.

LEADER : c’est le terme anglais désignant le bas de ligne dans les pêches à la mouche. On parle aussi de « leader » pour évoquer l’avançon dans les pêches de gros carnassiers.

LEADER LOOP : cf. connecteur-soie.

LEDGER STOP : c’est un élément que l’on fixe sur la ligne pour servir de stoppeur par butée à un plomb coulissant.

LEMON : coloris de leurres de chez ultimate fishing. Le leurre est jaune citron avec une légère coloration verte autour des yeux.

LEURRE : c’est un appât artificiel.

LEURRE SOUPLE : voir softbait.

LEVRE (de bobine) : on appelle lèvre de la bobine le rebord supérieur de celle-ci, la qualité de la lèvre de la bobine est très importante, en effet lors du lancer les spires vont se dérouler et venir frotter sur la lèvre. En limitant ces frottements grâce à une lèvre vraiment lisse on va pouvoir améliorer quelque peu les distances de lancer.

LEVRE EN TITANIUM : les lèvres de bobines composées de titanium représentent le haut de gamme en matière de lèvre, la glisse du fil y est excellente.

LICHE : son corps élevé, puissant, comprimé latéralement, est taillé pour une nage en pleine eau, il est parcouru par une ligne latérale sinueuse. Le dos, bleu verdâtre, contraste avec les flancs et le ventre blanc argentés revêtus d’une écaillure rutilante qui miroite au soleil. La liche se rapproche plutôt des côtes l’été à la recherche de poisson fourrage, en particulier de mulets. Les chasses de liches sont visibles de très loin, et prennent la forme de bouillonnements spectaculaires en surface, accompagnés de la fuite éperdue des mulets qui jaillissent hors de l’eau. La liche peut atteindre 2 mètres de long pour 40 kg. C’est un des plus beaux poissons qu’un pêcheur puisse espérer prendre du bord, notamment en Corse, dans le Languedoc, à Monaco et en Provence-Côte-d’Azur. Les plus belles captures sont enregistrées en bateau en pratiquant une traîne aveugle le long des côtes. Les bons vifs pour capturer une liche sont le mulet, l’orphie, le chinchard ou encore le maquereau.

LIEU JAUNE : poisson osseux de la famille des gadidés. Sa mâchoire inférieure proéminente est dépourvue de barbillon. Il fuit les secteurs à forts courants ou où les eaux sont brassées, pour peupler des eaux plus calmes et limpides. Il vit sur le fond ou en pleine eau, de la côte jusqu’à 200 m de profondeur. Il est absent des eaux méditerranéennes. Même si sa taille minimale légale de capture est relativement faible (30 cm), ce poisson peut atteindre des tailles et des poids très respectables (jusqu’à 1.30M pour 12 Kg). Il est, par endroits, aussi recherché par les pêcheurs amateurs que l’est le bar. Il est possible d’en pêcher de la côte tout au long de l’année, on peut le cibler à l’aide de nombreux appâts ou leurres. Sa pêche est très excellente à l’aube et au crépuscule, on le retrouve dans des secteurs encombrés et assez profonds. Au niveau des appâts favorables à sa pêche, les lançons, crevettes et vers marins semblent tout indiqués.

LIEU NOIR : poisson de la famille des gadidés, sa mâchoire inférieure est proéminente, le barbillon est petit ou absent. Aussi appelé « colin », il peut atteindre une taille de 1,30 m pour un âge de 27 ans environs. Il obéit à un mode de vie pélagique, aussi bien dans les couches assez profondes qu’à proximité de la surface. Les lieus noirs se nourrissent de sprats, de harengs et de jeunes poissons de différentes espèces.

LIGATURE : c’est le système d’attache des anneaux sur les cannes, elle se réalise à l’aide de fil à ligaturer et de vernis.

LIGNE : ensemble du fil et de tout ce qui y est attaché, et servant à pêcher.

LIGNE LATERALE : c’est une ligne que l’on retrouve chez la plupart des poissons. Elle part de la tête pour rejoindre la queue, se présentant comme un canal, à paroi percée d’orifices sensoriels. Son tracé joue un rôle essentiel dans la détermination des différentes espèces de poissons. Cette ligne présente de nombreuses ramifications sur la tête des poissons. La ligne latérale est en fait le siège sensoriel du poisson.

LIMANDE : poisson de la famille des poissons plats, son corps est ovale, sa peau rugueuse sur la face pigmentée, ses yeux sont situés sur le côté droit. La limande dépasse rarement les 40 cm, on retrouve principalement des individus proches des 25 cm. Sa taille minimale de capture est de 20 cm. Elle vit de préférence sur les fonds sableux. Elle est absente des eaux méditerranéennes. Elle se nourrit principalement d’ophiures, de petits oursins, de vers et de mollusques.

LIMANDE-SOLE : poisson de la famille des poissons plats. Sa ligne latérale est presque rectiligne. La face pigmentée est lisse, de couleur brun rouge à brun jaune, à marbrures plus sombres. La tête et la bouche sont très petites, le corps est très charnu. C’est un poisson de fond sédentaire. Sa taille maximale est de 45 cm, on la retrouve entre 20 et 150 m de profondeur sur des fonds rocailleux ou rocheux. Elle se nourrit principalement de crustacés, de vers à tube et de balanes. Sa taille minimale de capture est de 25 cm. Elle est absente des eaux méditerranéennes.

LINE : terme anglais utilisé pour parler de la soie.

LINGUE : poisson allongé de section cylindrique, elles ont un barbillon mentonnier confirmant leur appartenance à la famille des gadidés. On en distingue 3 espèces, à savoir la lingue bleue, la lingue commune et la lingue de méditerranée. La lingue bleue occupe des eaux assez froides dont la limite sud est le large de l’Irlande. La lingue commune est présente du nord de la péninsule scandinave jusqu’au golfe de Gascogne, elle peut atteindre 1,80 m de long pour un poids de 30 kg. Elle vit à des profondeurs importantes, la plupart du temps supérieures à 80 m. Elle se nourrit principalement de grondins, de merlans, de poulpes et de langoustines. La lingue de Méditerranée est plus petite puisqu’elle ne dépasse pas les 90 cm.

LINK SWIVEL : cf. émerillon à agrafe.

LIPLESS CRANKBAITS : ce sont des crankbaits démunis de bavette, ils ont des caractéristiques de nage très proche de celles des crankbaits, leur intérêt par rapport à ces derniers, est la possibilité de les faire travailler en dandine sous le bateau ou à l’aplomb d’un rocher ou d’un quai.

LIPLESS MINNOWS : ce sont des minnows dépourvus de bavette. Ils acceptent de ce fait des animations bien plus variées, on les travaille à la manière d’une pêche au mort manié. L’absence de bavette leur procure aussi une meilleure pénétration dans l’air, ils sont donc en général caractérisés par une très bonne distance de lancer. La plupart du temps ils sont coulants, ce qui permet au pêcheur de choisir la profondeur à laquelle il voudra voir son leurre évoluer.

LISETTE : c’est un maquereau de petite taille. Ces maquereaux sont recherchés pour la qualité de leur chair, moins grasse que chez les poissons adultes. Le terme de lisette est donc aussi une appellation commerciale, vous pourrez ainsi vous trouver, en poissonnerie, face à des prix différents entre les lisettes et les maquereaux.

LITTORAL : on qualifie de littoraux, tous les espaces sous l’influence directe ou indirecte de la mer, on parle ainsi de climat littoral pour des zones situées à plusieurs dizaines de kilomètres de la mer. C’est donc un terme à usage très large, différent de rivage ou de trait de côte par exemple.

LOCHER : ce terme utilisé par les pêcheurs au vif décrit l’action de fixer un vif sur un montage en lui faisant passer le fil entre chair et peau. On utilise généralement une aiguille à locher pour y parvenir.

LOCOMOTIVE LEVEL WIND : c’est l’appellation de chez daiwa pour l’enroulement par spires croisées à plat.

LOMPE : poisson à la peau dépourvue d’écailles. Les nageoires ventrales des lompes se réunissent de façon à former une ventouse. Elles sont dépourvues de vessie natatoire. La première nageoire dorsale des lompes est revêtue d’une épaisse crête cutanée ; sur tout le corps, la peau est hérissée de petites protubérances osseuses et de grandes épines disposées en rangées longitudinales. Chez la femelle, la crête dorsale est plus haute et les nageoires pectorales sont plus petites que chez le mâle. Les lompes peuvent mesurer jusqu’à 50 cm pour les femelles, 30 cm pour les mâles. Elles se nourrissent de crustacés et de petits poissons.

LONGBILL MINNOW : équivalents des jerkbaits mais qui acceptent une animation moins poussée dans la plupart des cas, ici leur atout est la grande profondeur d’eau dans laquelle ils évoluent (généralement entre 2 et 4m) grâce à leur bavette surdimensionnée. C’est le compromis intéressant entre un jerkbait et un crankbait.

LONG SLIDE : ces termes signifient « longue glissade », c’est une variante de l’animation walking the dog. Ici la récupération sera plus lente et le leurre va travailler de façon largement plus ample, du genre 1___2___3___4___5___ (soit a peu près 5 tirées en 10 secondes contre plus de 10 en walking the dog). Pour y parvenir vous devrez attendre à chaque écart que le leurre ai finit son mouvement pour entamer le suivant. Le leurre fera ici moins de bruit, cette animation sera donc souvent meilleure sur les poissons régulièrement sollicités ou encore par mer d’huile. Ici l’utilisation de tresse ou de nylon ayant une élasticité minimale est vivement recommandée.

LOTTE : cf. baudroie.

L.S.: cf. softbait.

LUCIFUGE : caractérise les organismes qui craignent la lumière. L’anguille par exemple est un poisson lucifuge, en conséquence on la rencontrera plutôt de nuit ou encore par temps couvert.

LUNKER : c’est un terme que l’on utilise pour parler d’un poisson trophée.

LUSTY KNIFE : coloris de leurres de chez illex. Le dos est vert irisé, métallique mat. Les flancs sont clairs avec des reflets dorés.

Annonces
Pub
Pub
Pub