>> Rejoignez nos 23708 membres
Inscription
 
  
0 article(s) | Voir  
 

AccueilArticles et DossiersVideosPhotosMagasin de vente en ligneMon compteForum

Lettre S

SAC VITELLIN : cf. réserves vitellines.

SAINT-PIERRE : ce poisson porte une tâche noire sur chacun de ses flancs, où la légende voit l’empreinte qu’y laissèrent les doigts de St Pierre quand, sur l’ordre du Christ, il tira de la bouche du poisson une pièce d’or. Son corps très haut est comprimé latéralement, sa bouche est largement protractile. Il se nourrit principalement de sprats, de sardines et d’athérines. La chair du saint-pierre est très estimée.

SALINITE : proportion de sel dissous dans l’eau des mers et des océans.

SALMONICULTURE : élevage piscicole des différentes espèces de salmonidés. La salmoniculture concerne surtout la truite arc-en-ciel, la truite de mer et le saumon.

SALMONIDES : famille de poissons téléostéens, au corps oblong et écailleux, vivant dans les eaux pures et rapides et se nourrissant de proies vivantes.

SALURE : c’est la proportion de sel contenue dans un corps ou dans un fluide.

SAR : il existe de nombreuses espèces de sars, dont le sar commun, le sar à museau pointu et le sar tambour, le plus gros des sars, caractérisé par ses 5 larges rayures sur les flancs. Il possède une vue excellente. Le sar recherche les eaux chaudes et fréquentent donc principalement les eaux méditerranéennes même si on le rencontre parfois en Atlantique jusqu’au sud de la Bretagne. Certaines espèces ont l’habitude de se cacher dans des trous (des ragues à sars) au moindre danger. On le trouve souvent dans les zones agitées où la mer blanchit. Avec l’âge, les sars deviennent farouches et solitaires. Ils fréquentent la zone côtière du printemps à l’automne. Sa taille minimale de capture est de 23 cm en Atlantique et seulement de 15 cm en Méditerranée. On le pêchera efficacement à la ligne flottante ou à la plombée, à l’aide d’appâts comme la sardine, la crevette, l’encornet ou le couteau.

SARDINE : on compte 30 écailles sur une ligne longitudinale médiane de son corps, ceci permet de la différencier à coup sûr d’autres espèces. Une sardine à maturité sexuelle mesure environ 20 cm, elle est alors âgée de 3 ans ; elle pourra espérer atteindre une taille de 27 cm pour une quinzaine d’années. Poisson grégaire pélagique, elle se nourrit principalement de zooplancton. On peut la conserver quelques mois après salage ou congélation fraîche. On peut l’utiliser entière, en filets ou en morceaux. Très bon appât pour traquer le bar, le maquereau, l’orphie, le congre, le lieu, les thonidés, la raie…

SARDINEL : coloris de leurres de chez ultimate fishing. Le dos est bleu marine, les flancs sont bleu métallisé, le ventre quand à lui est argenté. Le tout est très brillant.

SARGASSE JAPONAISE : la sargasse japonaise est une algue parvenue jusque sur les côtes européennes, américaines et ailleurs. Probablement introduite avec les naissains d’huîtres importés du Japon, elle perturbe par endroits l’équilibre écologique du rivage. Les algues qui forment les épaisses masses flottantes que l’on voit dans la mer des sargasses appartiennent au même genre que celles-ci.

SAUMATRE : l’eau saumâtre est un mélange d’eau de mer et d’eau douce, on la retrouve dans les estuaires, rias, abers, étangs littoraux, lagunes…

SAUMON : poisson de la famille des salmonidés, le saumon était autrefois très abondant dans toutes les rivières de la façade atlantique et de la manche ; il a aujourd’hui presque disparu en France à cause de la surpêche et de la pollution des eaux mais aussi de la construction de barrages qui l’empêchent de rejoindre les frayères. C’est un poisson anodrome, c'est-à-dire qu’il remonte nos cours d’eau en hiver ou au printemps pour se reproduire. Son corps est allongé et hydrodynamique. Comme tous les salmonidés le saumon possède une nageoire adipeuse. On le distingue assez difficilement de la truite de mer. Sa taille maximale est de 1,50 m (pour les mâles uniquement) pour un poids de 35 kg et un âge de 10 ans. En rivière chaque prise de saumon doit être déclarée. En rivière les saumons de remontée ne se nourrissent pas, mais en mer ils mangent essentiellement des poissonets, du krill et des bouquets.

SAUPE : son corps ovalaire ainsi que les lignes jaunes et bleutées sur ses flancs argentés la caractérisent sans ambiguïté. Elles peuvent atteindre 50 cm pour 1.5 kg. Poissons grégaires, les saupes nagent souvent en bancs près de la surface, en se nourrissant des algues fixées sur les rochers. C’est un des rares poissons de nos côtes au régime exclusivement herbivore. Les bancs peuvent être composés d’une centaine d’individus de taille identique. Elle se rapproche des côtes au printemps pour repartir avec l’arrivée du froid pendant l’automne. On ne la rencontre pas sur la façade atlantique. Sa taille minimale de capture est de 12 cm. On les pêche à la ligne flottante avec une touffe d’algues filamenteuses ou d’une feuille d’ulve.

SAUTEUSE : c’est ainsi que l’on nomme le petit leurre que certains pêcheurs placent devant leur leurre principal, ceci afin de simuler une chasse et d’augmenter les chances de captures.

SCALIMETRIE : c’est la détermination de l’âge et des périodes de reproduction d’un poisson par l’étude d’une de ses écailles.

S-CAM : c’est le système d’antibouclage qui équipe certains moulinets de chez shimano.

SCION : c’est le brin très fin qui termine la canne à pêche.

SCOMBRIDES : les scombridés représentent une famille de poissons grégaires téléostéens, acanthoptérygiens au corps allongé, à la peau lisse. Ces poissons à corps fusiforme ont un mode de vie pélagique. En arrière de la deuxième dorsale et de l’anale s’insèrent ventralement et dorsalement 4 à 9 fausses nageoires. On retrouve dans cette famille des poissons comme le maquereau ou le thon par exemple.

SEBASTE : poisson acanthoptérygien, de taille moyenne, à tête écailleuse et épineuse.

SEICHE : mollusque céphalopode à coquille interne en forme de bouclier, pourvu d’une poche à encre sécrétant un liquide brun foncé qu’il peut projeter pour s’abriter en cas d’attaque. Les seiches de l’année mesurent 5 à 10 cm, ce qui en fait d’excellents appâts pour le bar, le turbot ou le congre, si vous pouvez vous en procurez, n’hésitez pas, vous pourrez les congeler sans difficulté. Les tentacules des seiches adultes sont aussi des appâts de tout premier choix.

SELACIENS : ordre de poissons cartilagineux au squelette entièrement formé de cartilage, à la peau recouverte d’écailles en plaques, qui comprend les raies et les requins.

SENNES COULISSANTES : se sont des filets rectangulaires dont la bordure supérieure est munie de flotteurs et la partie inférieure est lestée, et avec lesquels on enferme les bancs de poissons. Les sennes, coulissantes, possèdent, sur leur partie basse, des anneaux dans lesquels passe un filin, qui permet de fermer la poche. Les sennes à sardines, ou « bolinches » mesurent 200 à 400 mètres de long, pour 50 à 60 mètres de hauteur, les mailles ont 18 mm de côté. Les sennes à thons utilisées en méditerranée mesurent quand à elles 1200 à 1500 mètres de long, pour 140 à 180 mètres de profondeur, avec des mailles de 50 mm de côté.

SEQUIN : c’est ainsi que l’on nomme la rondelle de plastique très fine que l’on place sur le bas de ligne afin d’éviter aux appâts de remonter sur celui-ci.

SERIOLE : elle fréquente les eaux méditerranéennes. Elle évolue seule ou à quelques individus, le long des tombants rocheux, autour des accores, ou encore au petit large en face des estuaires. Elle affectionne les profondeurs comprises entre 10 et 50 mètres. On peut la pêcher du printemps à l’automne, voire même en hiver si on la recherche par plus de 100 mètres de fond. Le milieu de journée semble assez mauvais pour la trouver. On la pêche en général à la callée, au vif ou à la traîne ; les appâts que l’on va alors utiliser sont les gros vifs comme les maquereaux espagnols, les chinchards, les orphies ou la seiche.

SERRAN : il existe de nombreuses espèces de serrans, dont le « serran-chevrette » et le « serran-écriture » que l’on rencontre souvent. Ce sont des serranidés voraces qui se nourrissent de petits poissons, de crustacés et de vers. Hermaphrodite, chaque animal dispose des 2 sexes.

SG AYU : coloris de leurres de chez illex. Le dos est brun vert, les flancs sont jaune translucide. On retrouve un effet écaille.

SG HASU : coloris de leurres de chez illex. Dos bleu translucide, effet d’écailles, tâche rose au niveau de l’opercule.

S-GUARD : c’est le système d’amortisseur de chocs qui équipent certains moulinets de chez shimano.

SG WAKASAGI : coloris de leurres de chez illex. Dos brun vert, les flancs à reflets violets sont translucides. Effet écailles.

SHAD : caractérise les leurres de forme trapue ressemblant à des poissonnets largement recherchés par les carnassiers. Cela concerne aussi bien les leurres durs que les souples.

SHAD (coloris) : coloris de leurre de chez illex. Le dos est brun, les flancs sont rosés sur la partie avant du leurre et verts sur la queue, le ventre est gris translucide.

SHALLOW DIVING : peu plongeant, désigne les leurres évoluant à moins de 1.20 mètre de profondeur.

SHALLOW RUNNER/DIVER : type de crankbait peu plongeant.

SHIMANO DYNAMIC RESPONSE (S.D.R.) : c’est un concept shimano de fabrication des cannes. C’est en quelque sorte une garantie de qualité offerte par la marque, qui caractérise ainsi les cannes auxquelles elle apporte un soin particulier au niveau de la réalisation. Les risques de défaut sont écartés et le blank dispose d’une action uniforme procurant une plus grande sensibilité et un contrôle amélioré. Les vibrations parasites du blank sont largement réduites.

SHIRASU : coloris de leurres de chez illex. Le dos est blanc translucide, les flancs ont des reflets jaunes et sont marqués de points noirs.

SHOOTING HEAD : c’est un type de soie dont tout le poids est concentré vers la pointe afin d’améliorer les distances de lancer. Cependant ce que le pêcheur gagnera en distance, il le perdra en discrétion.

SHORT ARM : spinnerbait à palette unique.

SHORT JERK : animation d’un leurre par une courte tirée franche. Cela se traduit au niveau du mouvement à effectuer par un petit coup sec du poignet de façon à imprimer un mouvement court et rapide au scion de la canne. Une canne assez raide, ainsi qu’un moulinet équipé de tresse, favorisent largement cette animation.

SHOT DISPENSER : cf. boite distributrice de plombs.

S.I.C. (anneaux) : ces anneaux composés de carbone de silicium, sont fabriqués avec des matériaux ultra légers. Ceci assure un frottement minimal lors des lancers, et permet ainsi d’atteindre des distances plus importantes. La résistance aux frottements existants est très importante, ce qui permet à l’anneau de perdurer dans le temps et de ne pas abîmer le fil par une petite irrégularité.

S.I.H. : un petit peu moins légers que les anneaux S.I .C, ils présentent une armature très solide composée d’acier. Les anneaux S.I.H. sont recouverts d’oxyde d’aluminium.

SILVER : coloris de leurres de chez ultimate fishing. Le tout est blanc argenté.

SILVER LEMON : coloris de leurres de chez ultimate fishing. La tête est verte, le dos et la queue sont jaunes, les flancs et le ventre sont argentés.

SINKING : traduction de “coulant”. Un leurre qualifié de « sinking » coule quand on stoppe la récupération.

SIPONCLE : cf. bibi.

SKIPPING : ce lancer n’a pas de grande utilité en mer, en effet il consiste à faire ricocher le leurre (en général souple) pour passer en dessous d’obstacles lors du lancer. Sa seule utilisation pourrait être trouvée dans certains estuaires, rias, abers, ou autres lorsque la pleine mer permet de pêcher les berges pourvues de végétation.

SLEEVES : il s'agit de petits tubes métalliques en acier ou en inox. Ils ont pour but de bloquer les mouvements des divers éléments du montage. Ils sont souvent employés pour sertir les montages très fort, mais si on peut s'en procurer de très petits modèles (diamètre extérieur de 1 mm pour une longueur de 1 cm) cela permet de monter très rapidement des avançons très fiables.

SLIDERS : types de stickbaits qui effectuent des glissades en surface lors de la récupération.

SLOW ROLLING : animation propre aux spinnerbaits à une seule palette. Ici vous allez récupérer lentement mais régulièrement votre leurre en commençant dès l’impact mais en tachant qu’il descende rapidement dans la couche d’eau voulue, vous lèverez ensuite votre canne de façon à le maintenir à la profondeur voulue. Enfin, en fin de récupération vous baisserez à nouveau votre canne afin de le faire pêcher le plus longtemps possible à la profondeur désirée.

SLOW TRACE : animation propre aux spinnerbaits à une seule palette consistant à les récupérer linéairement dès l’impact et en rasant la surface. On créera alors un sillage attractif à la surface de l’eau.

SMELT : coloris de leurres de chez spro. Le dos est bleu marine, les flancs et le ventre présentent un dégradé allant du bleu métallisé au blanc en passant par l’argenté. La tête est caractérisée par une couleur jaune.

SMOKE : coloris de leurres de chez ultimate fishing. Du vert bouteille sur le dos au vert olive sur le ventre.

SMOKE SILVER GLITTER : coloris de leurres de chez megabass.

SNAP : cf. agrafe.

SNAGLESS : se traduit en français par « anti-accroc ». Désigne les leurres ou les montages qui limitent les accrocs quand ils rencontrent des obstacles.

SNELLED FISHHOOK: cf. hameçon monté.

SNOOD RELEASE : petit accessoire utilisé en surf-casting, il combine les avantages de l’accroche-appât et de l’accroche-hameçon. Il est très discret sur le bas de ligne, et assez facile à utiliser.

SOFT BAITS : c’est ainsi que l’on nomme fréquemment toute la catégorie des « leurres souples ». Il en existe de multiples formes, on les utilise donc avec de nombreux types de montages, toujours adaptés à une situation de pêche particulière. Ils sont constitués de matières d’une souplesse extraordinaire à très faible coût. Les couleurs des leurres souples sont très nombreuses, ainsi on retrouve des couleurs naturelles, mais aussi fluorescentes, phosphorescentes, pailletées…. Les formes sont aussi très variées, elles peuvent parfois imiter une proie naturelle, parfois absolument pas.

SOIE : c’est le nom donné au fil utilisé pour les pêches à la mouche et servant à propulser le bas de ligne ainsi que la mouche. Il existe des soies flottantes (F line) et des soies plongeantes (S line), des soies lourdes et des soies légères, ce poids est indiqué par une échelle allant de 0 à 12. Le diamètre de la soie n’est pas égal sur toute sa longueur, on trouve de cette façon plusieurs combinaisons.

SOLE : la sole est un poisson plat facilement reconnaissable grâce à sa forme allongée, ainsi qu’à sa petite bouche recourbée, tournée vers la droite. La teinte de son dos marbré de taches sombres et d’autres plus claires, lui permet de se confondre parfaitement avec son environnement. Son ventre est blanc. Elle vit sur des fonds sableux ou sablo-vaseux. La sole se rapproche de la côte au printemps pour regagner le large à la fin de l’automne. Poisson très recherché pour la qualité de sa chair, elle peut atteindre les 2 kg pour plus de 50 cm de long, c’est alors un poisson âgé d’une quinzaine d’années. Sa taille minimale de capture est de 24 cm sur la façade atlantique, en Manche et en Mer du Nord, par contre elle n’est que de 20 cm en Méditerranée. On la capture principalement en surf-casting dans les baïnes et dans les estuaires. C’est la nuit, en été qu’on pourra espérer faire les plus belles prises. Son appât préféré est souvent l’arénicole mais les autres vers, certains coquillages ou encore des petits crabes mous peuvent aussi la séduire.

SOLEN : cf. couteau.

SONDE : c’est un plomb utilisé pour se donner une idée de la profondeur, et ainsi adapter son mode de pêche. On trouve actuellement des sondes assez lourdes qui se pincent sur l’hameçon, quand on pêche au bouchon on le règle ainsi à sa convenance en quelques instants.

SONDEE (pêche à la) : compromis entre la dandine et le mort manié, cette technique de pêche permet de présenter un appât ou un leurre souple au raz des rochers ou entre les laminaires. Laissez descendre votre appât contre le fond et, dès le contact, faites le remonter d’un mètre ou deux en le faisant virevolter sur lui-même. Stabilisez vous à ce niveau, juste au dessus du fond, dandinez votre appât quelques dizaines de secondes, puis recommencez en recherchant à nouveau le fond.

SONDEUR : appareil ou système permettant de lire sur un écran la profondeur, voire de dessiner les fonds marins et de localiser les poissons. Très utilisé pour rechercher les sites de pêche et les bancs de poissons.

SOUTENIR (pêche à) : c’est une pêche verticale aux appâts, on la pratique dans des profondeurs relativement importantes, on cible ainsi des poissons de taille intéressante. Elle est en général pratiquée en bateau, même si certains promontoires rocheux, ou certains quais de ports en eau profonde peuvent très bien accueillir des pêcheurs à soutenir.

SPACE : coloris de leurres de chez ultimate fishing. Le dos est brun, les flancs sont argentés le ventre est blanc.

SPADE END HOOK : cf. hameçon à palette.

SP HL STRIPE B.GILL : coloris de leurre de chez illex. Le dos est marron orangé brillant, les flancs et le ventre sont faits de bandes argentées grises.

SPINNERBAITS : leurres conçus pour la pêche en eau douce à l’origine. Il peuvent constituer des outsiders de choix dans votre boite. Le spinnerbait est composé d’un axe métallique en V, sur une branche (celle qui se trouve du côté de la surface quand il nage) on retrouve une ou plusieurs palettes tournantes, elles fournissent les vibrations et les éclats nécessaires ; sur l’autre branche est fixé un jig qui donne du volume au leurre et devient alors logiquement le point d’attaque. Les grandes vibrations émises par ce leurre, ainsi que le peu de sollicitations aux spinnerbaits que connaissent les bars, peuvent faire la différence. Leurre idéal pour pêcher au dessus des champs de laminaires par exemple, il faudra dans ce cas le récupérer de façon linéaire, la vitesse variant alors selon l’agressivité des bars. En plus grande profondeur on lui fera faire des pauses et de nombreux écarts sur les côtés, si le fond est sableux ou vaseux on pourra même le travailler sur le fond en marquant des pauses courtes pendant lesquelles le leurre se couchera sur le substrat.

SPINNING : matériel pour la pêche au lancer, composé d’un moulinet à tambour fixe et d’une canne « classique ». C’est le type de matériel que l’on rencontre le plus souvent chez les pêcheurs en France, aussi bien en mer qu’en eau douce.

SPIRES : segments de fil correspondant aux marques des tours autour de la bobine du moulinet. Elles sont largement visibles quand on déroule le fil d’un moulinet qui n’a pas servi depuis longtemps.

SPLASHER : les splashers poussent l'eau pour la projeter en avant du leurre, dans le but de simuler une chasse dans un banc d'alevins.

SPLIT SHOT RIG : montage tout en finesse, destiné à recevoir un leurre souple juste piqué par la tête et précédé d’un plomb fendu placé environ 50 cm plus haut. Ce type de montage appelé aussi « Carolina rig léger » est destiné à pêcher des couches d’eau peu profondes, ou à pêcher uniquement la couche de surface.

SPOOK KILLER : coloris de leurres de chez megabass. Il est transparent mis à part une coloration jaune au niveau de la bouche et des stries représentant des arrêtes de couleur argentée.

SPOOL : cf. bobine.

SPOOL CONCEPT : c’est un concept développé par mitchell, il permet de changer très rapidement la bobine du moulinet

SPOON : cf. cuiller.

SPRAT : poisson de la famille des clupéidés, ses écailles en V sont caractéristiques de l’espèce. Il atteint sa maturité sexuelle à l’âge de 2 ans pour une longueur de 12-13 cm. Sa taille maximale est de 16 cm pour un âge de 6 ans. Poisson grégaire pélagique, il gagne les zones peu profondes en été. Ils constituent des proies privilégiées pour beaucoup de poissons comme les maquereaux, les orphies ou encore les chinchards.

S-SYSTEM : c’est un « concept shimano » caractérisant des moulinets qui répondent à 8 procédés de fabrication et caractéristiques techniques reconnus. Les moulinets S-system représentent donc en quelque sorte le haut et le très haut de gamme de la marque.

STAND-UP JIGHEAD : ce sont des jigheads à bouclier plat positionné à l’avant, c’est ainsi cette partie qui va reposer sur le fond, le leurre sera alors en position oblique, imitant à merveille un poisson fouisseur.           

STARGATE CONCEPT : ou “stargate system”, c’est un procédé de fabrication des moulinets shimano. Un moulinet doté de ce système est caractérisé par une rotation douce et fluide.

STARLIGHT : ce sont des bâtonnets lumineux, ils produisent une réaction lumineuse quand on casse l’ampoule intérieure. On les utilise comme antenne de bouchon, on les fixe aussi sur des scions de cannes pour pêcher de nuit en surf-casting, ils ont encore d’autres usages plus particuliers. On peut les conserver en les congelant, ceci met fin à la réaction chimique qui produit la lumière. Le procédé recommencera quand vous les décongèlerez. Ceci est valable pendant a peu près 3 mois.

STEADY RETRIEVE : tout simplement « récupération continue », la plus simple de toutes les animations. Elle est souvent efficace, surtout avec des jerkbaits ayant une bonne aptitude au phénomène de rolling.

STENOHALIN : qualifie un organisme ne pouvant supporter que de faibles variations de salinité (contraire : euryhalin). Les poissons sténohalins seront de cette façon absents des zones estuariennes où les variations de salinité interviennent à chaque renversement de marée.

STENOTHERME : qualifie un organisme ne pouvant supporter que de faibles variations de température (contraire : eurytherme). Les poissons sténothermes sont ainsi localisés de façon très pointue dans l’espace.

STEWART : c’est le nom d’un montage où plusieurs hameçons sont associés pour escher un appât volumineux.

STICK : c’est un flotteur anglais caractérisé par la présence de deux points d’attache, il est composé d’une quille qui joue aussi le rôle d’antenne. Il est destiné principalement aux pêches de proximité.

STICKBAITS : souvent appelés aussi « pencil baits » (leurres crayon), ce sont des leurres de surface possédant une tête arrondie de façon à permettre une animation de type walking the dog. Ils possèdent pour la plupart un lest sur la partie arrière, voir une bille s’y déplaçant lors du lancer afin d’améliorer la distance. Leurre phare de la belle saison, il est un des plus efficaces dans les secteurs peu profonds. Les différents crawlers ou sliders sont des dérivés de ce type de leurres. Ces leurres acceptent très bien aussi des animations de type stop and go ou encore long slide et jerking. L’absence de bavette annule ici une récupération linéaire efficace.

STOP AND GO : c’est une animation basée sur l’absence de régularité lors de la récupération. Le leurre doit ici imiter un poisson blessé ou malade qui éprouve des problèmes pour se déplacer. L’animation doit donc être lente et entrecoupée d’arrêts assez longs (jusqu’à 10 secondes). Cette animation est possible avec tout types de leurres (mais attention à bien connaître son poste et son leurre si vous utilisez des leurres coulants). Tenez vous prêt car les touches surviennent très souvent à la reprise de contact avec le leurre, même si les poissons attaquent parfois aussi le leurre immobile. Souvent le bar va s’approcher du leurre immobile par curiosité et l’attaquer par réflexe lorsque celui-ci va recommencer à bouger.

STREAMER : grosse mouche destinée à être récupérée par à-coups de façon à faire onduler les fibres qui composent le corps assez ventru. Elle est très utilisée en réservoir pour pêcher les gros salmonidés, les brochets et les blacks bass, le streamer peut de la même façon représenter un leurre intéressant pour traquer le bar. Elle n’est pas considérée comme imitative, et ne représente en général rien d’existant.

STRESS FREE SYSTEM : c’est un concept que shimano applique à certains de ces moulinets.

SUD AFRICAIN (lancer): cf. plomb posé.

SURF-CASTING : pêche consistant à lancer un montage muni d’appâts dans les vagues, la plupart du temps sur une plage.

SUSPENDING : terme désignant les leurres à densité neutre qui, de ce fait, restent immobiles dans la couche d’eau à l’arrêt de la récupération. Ils autorisent de ce fait des animations très lentes et très pointues d’une couche d’eau en particulier.

SWIMBAITS : leurres souples assez durs (PVC, élastomère…), pisciformes, ils sont munis de bavette. Ils représentent des leurres hybrides entre les softbaits et les hardbaits.

SWIM FEEDER : cf. feeder.

SWIMMING : animation consistant à faire nager entre deux eaux un leurre habituellement destiné à la prospection des zones profondes.

SWING-TIP : comme le quiver-tip, c’est un scion additionnel servant d’indicateur de touches.

SWIVEL : cf. émerillon.

SWIVEL TEES : petit accessoire destiné aux pêches en surf-casting, c’est en fait un mini coulisseau à émerillon incorporé, idéal pour cibler des poissons méfiants, il est très discret. On va limiter son coulissement à l’aide de perles, d’émerillons ou de coil crimps. D’un côté l’émerillon coulisse sur le bas de ligne, de l’autre il permet de fixer l’empile.

SW TEQUILA : coloris de leurres de chez megabass. Le dos est mauve, les flancs et le ventre sont d’un blanc opaque.

SW WHITE : coloris de leurres de chez megabass. Tout blanc.

Annonces
Pub
Pub
Pub