>> Rejoignez nos 23708 membres
Inscription
 
  
0 article(s) | Voir  
 

AccueilArticles et DossiersVideosPhotosMagasin de vente en ligneMon compteForum

Lettre V

VAGUES : c’est en fait l’irrégularité de la surface d’une étendue liquide, due aux diverses forces naturelles qui s’exercent sur le fluide en mouvement (courants, vents, etc.) ; c’est une masse d’eau qui se soulève et s’abaisse en se déplaçant ou en paraissant se déplacer.

VASE : substrat mou à texture très fine. La vase est en grande partie composée de matière organique et habitée de minuscules animaux.

VENTOUSES : organes de succion, d’aspiration où un vide partiel se fait ; les céphalopodes en sont munis.

VENTRALE (nageoire) : nageoire généralement située en arrière des branchies, sous la nageoire pectorale. Ces nageoires sont avant tout des organes stabilisateurs passifs, mais sont transformées chez certaines espèces en vue d’une fonction particulière, en ventouse par exemple chez les gobies ou la lompe.

VERTICAL (lancer) : c’est un lancer spécifique à la pêche à la mouche, il consiste à effectuer en rythme un mouvement de la canne vers l’avant puis vers l’arrière. Le rythme est très important puisque le mouvement vers l’avant doit être amorcé quand la soie tire vers l’arrière et inversement. De plus il faudra que le pêcheur libère de la soie au bon moment pour pouvoir en sortir un maximum.

VERTICAL JIGGING : c’est un type d’animation verticale correspondant à celle de la dandine.

VESSIE NATATOIRE : la plupart des poissons en sont pourvus, c’est un sac membraneux relié à l’œsophage, qui, en se remplissant plus ou moins de gaz, règle l’équilibre de l’animal dans l’eau ainsi que sa perception des sons. Chez certains poissons, un conduit spécial relie la vessie natatoire à l’intestin antérieur, ce qui permet au vert d’éliminer rapidement l’excédant de gaz. Les poissons pourvus de vessie natatoire sont donc sensibles à la pression en fonction de la profondeur d’eau qu’ils occupent. Ainsi quand on remonte rapidement certains poissons à la surface, la pression baisse rapidement et le poisson n’a pas le temps d’expulser le gaz excédentaire, la vessie se dilate alors et pousse l’intestin hors de la bouche.

V.H.F. : “Very High Frequency”. Système de communication radio très utilise en mer.

VIBRATION BAIT : leurre coulant très souvent muni de bille (ils produisent alors des vibrations de basse fréquence qui attireront le poisson par eau sale en particulier). Il est dépourvu de bavette et possède un anneau d’attache placé sur le dessus, ce qui va lui donner une nage énergique et très serrée. Pour faire vibrer les billes le plus possible il faut le lancer, attendre qu’il coule à la profondeur désirée et le ramener linéairement et assez rapidement. Une autre animation consiste à le ramener au coup par coup comme si vous le dandiniez.

VIEILLE : poisson de la famille des labridés, la vieille présente des écailles de grande taille, généralement bordées de vert jaune ou de brun. Sa pigmentation est très variable selon l’habitat qu’elle occupe. Elle dépasse rarement les 50 cm pour un poids de 3kg. Elle vit dans des faibles profondeurs dans les zones rocheuses. Elle se nourrit essentiellement de crustacés et de mollusques. Les vieilles sont de très bonnes combattantes, il leur arrive assez souvent de s’attaquer aux leurres, surtout depuis l’arrivée en masse des leurres souples dans nos boites.

VIF : poisson vivant servant d’appât, gêné par l’hameçon il éprouve plus de difficultés que les autres poissonnets à échapper à un prédateur, ceci en fait bien souvent la proie idéale. Pour la pêche du bar on utilise souvent le chinchard ou le petit mulet en tant que vif, ils sont caractérisés par une très bonne résistance aux lancers successifs.

VIRGULE : voir twist.

VIVES : petit poisson aux nageoires dorsales épineuses, elles vivent surtout dans les zones sableuses côtières. On en distingue de 2 sortes (petite et grande vive). La petite vive se tient à proximité du bord, la grande ne s’aventure par moins de 5 m de profondeur qu’à la faveur de la nuit. Les rayons épineux de la première dorsale (ainsi que le piquant operculaire chez la grande vive) sont munis de sillons profonds communiquant avec des glandes à venin. Les blessures qu’ils entraînent provoquent de violentes douleurs accompagnées d’irritations et d’enflures. Le venin paralyse les globules blancs du sang et dissout les globules rouges. Ces espèces se nourrissent principalement de crevettes, d’alevins et de vers. On en capture assez régulièrement de nuit sur certaines plages en pêchant en surf-casting aux vers marins.

VIVES EAUX : marées pour lesquelles les cœfficients sont supérieurs à 70, elles sont opposées aux mortes eaux. C’est au cours des marées de vives eaux que nous nous trouvons face aux courants et aux marnages les plus importants.

VIVIER : réservoir d’eau constamment renouvelée, aménagé pour la conservation de poissons, de crustacés ou d’appâts vivants. Certains bateaux spécialement conçus pour la pêche sont aujourd’hui équipés d’un vivier.

VRILLAGE : défaut d’un fil qui se tord, s’enroule sur lui-même et provoque ainsi des nœuds. On utilise fréquemment des émerillons afin d’éviter ce problème. Les différentes qualités de fils font que vous vous trouverez en face de nylons plus ou moins enclins à vriller.

Annonces
Pub
Pub
Pub