Pêche au bar » La Pêche au bar en Bretagne : Douarnenez

La Pêche au bar en Bretagne : Douarnenez

Située à la pointe de la Bretagne entre la pointe du van au sud et le cap de la chèvre au nord, la baie de Douarnenez est un des fiefs de la pêche au bar en Bretagne. Le célèbre Ange Porteux en a d’ailleurs, il y a quelques années, gravi les nombreuses falaises à la recherche des gros prédateurs. Largement encaissée dans les terres, la baie offre un relief peu commun en Finistère sud.

La baie de douarnenez : un coin de pêche atypique

Contrairement aux fonds plats et réguliers que présentent la façade sud du Cap Sizun et le reste de cette portion du département, la baie nous offre des fonds rapidement importants et des possibilités de pêche bien différentes. Certains spots permettraient presque de pêcher à la verticale depuis le bord tellement les fonds atteignent rapidement une vingtaine de mètres.

Ollamh, CC BY-SA 3.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0, via Wikimedia Commons

Douarnenez, un port de pêche historique

Port Sardinier depuis des centenaires, Douarnenez est marquée par une forte histoire halieutique. Pendant longtemps à Douarnenez les hommes furent marins, les femmes (les penn sardin) employées dans les conserveries, et les maires communistes. Bastion de la « guerre de la bolinche » en 1958, Douarnenez et ses marins se sont insurgés contre cette pratique qu’ils jugeaient destructrice et à laquelle ils opposaient la pêche à la rogue au filet droit, plus respectueuse de la ressource et de la qualité du poisson.

Les douarnenistes, après quelques affrontements musclés avec les marins des autres quartiers maritimes venus chercher la sardine en baie, étaient même parvenu à faire interdire la pratique de la bolinche dans une grande partie de la baie. Ce n’est pas pour rien qu’Anita Conti, première océanographe à considérer le poisson comme une ressource non renouvelable, à décidé de finir sa vie au bord de cette baie magnifique.

Etre pêcheur en baie de Douarnenez est à la fois une chance phénoménale et une souffrance profonde.

Nicolas

De tous les secteurs que j’ai pêchés je pense n’en avoir jamais vu un aussi irrégulier. Ici on en arrive vite à se demander si les carnets de captures et autres tentatives de suivi des sorties ou de pronostics des résultats servent à quelque chose. Depuis toujours ce sont la sardine et le sprat qui rythment l’activité halieutique de la baie. Quand la sardine et le sprat rentrent en baie, tous les maillons supérieurs de la chaîne alimentaire suivent.

Les maquereaux, les bars, les calamars, les seiches les orphies et les chinchards sont souvent eux même chassés par les dauphins ou les marsouins. Les prédateurs aériens se mêlent aussi régulièrement au jeu, alors ce sont les goélands, les mouettes, les sternes, les fous de bassan, les guillemots et les cormorans qui viennent participer à cette battue géante.

Ceux qui connaissent bien la baie comprendront pourquoi j’emploie ce terme de battue. Ici il est des expériences qui restent marquées à vie dans l’esprit des disciples de Saint Pierre. Avez-vous déjà entendu une chasse avant de la voir ? Ici ça m’est arrivé à plusieurs reprises.

Les nombreux prédateurs bloquent un banc de sardines ou de sprats dans une anse et les poussent vers la grève jusqu’à échouage. Parfois la chasse s’étale sur la surface de plusieurs terrains de foot, on marcherait presque sur les sardines tellement les bancs sont denses. Parfois au contraire les sardines semblent avoir quitté la baie, les oiseaux sont absents également, alors c’est une autre histoire pour prendre du poisson…

Notre seule chance réside dans le fait de gagner une plage à lançons, une zone à crevettes ou une vasière à crabes. Dans tous les cas retenez que la baie de Douarnenez est une zone où la saison a souvent du mal à démarrer (les gros bancs de sardines ne sont pas encore rentrés) mais où la mi-saison est souvent correcte et l’arrière saison exceptionnelle. Comme ailleurs, en baie de Douarnenez c’est le choix du poste qui va déterminer vos résultats. Essayons de dégager les principaux types de postes que l’on va rencontrer en baie.

Les spots de pêches dans la baie de douarnenez : les plages et les anses

Peu nombreuses sur la façade sud, elles sont surtout situées en fond de baie et sur le secteur nord. Ce sont des secteurs assez réguliers où se concentrent souvent d’importants bancs de bars. La plupart du temps ceux-ci pratiquent des chasses très mobiles que l’on repère facilement à l’activité des sternes et des mouettes. Pour aborder ces secteurs aux leurres (depuis le bord ou en bateau) vous aurez intérêt à opter pour une plage battue par la houle (dans la limite du raisonnable). A mon sens c’est dans cette configuration que vous avez le plus de chances de réaliser des belles pêches au bar en Bretagne.

Bien souvent les bars semblent suivre un circuit sur la plage pour provoquer les chasses toujours aux mêmes endroits. Repérez bien ces postes de chasses qui s’avèrent très réguliers, ils devront déterminer votre placement. En général ces postes de déclenchement correspondent à un relief sous marin (dont vous pourrez relever l’emplacement à marée basse) que les bars utilisent pour compacter le banc de poisson fourrage et sonner l’attaque. Sur la plupart des plages vous trouverez également de petits herbiers de posidonies dans lesquels les bars se tiennent régulièrement à l’affût, il en va de même pour les roches isolées au milieu du sable.

L’avantage de ce type de poste quand il y a un peu de houle c’est qu’ils sont souvent désertés par les maquereaux qui se tiennent à la périphérie, la concurrence alimentaire est donc moins rude pour les bars qui s’y tiennent plus nombreux. Les plages et les anses se prêtent également à la pêche au bar en surfcasting en Bretagne. Le pêcheur ciblera également daurades royales (de très gros sujets sont présents), daurades grises, turbot et raies. On pratiquera de préférence une pêche lourde à reculer sur les plages les plus plates (Pentrez par exemple) et une pêche plus légère sur les plages à pente plus forte.

Pêcher sur les rochers en bretagne

Pêcher la roche en baie de Douarnenez est une activité particulière. On pourrait situer ça entre pêche sportive, randonnée et escalade… ce qui est sûr c’est que, quoi qu’il arrive, on en prend plein les yeux et plein les jambes. Une journée complète à escalader les rochers vous laissera à coup sûr sur les rotules.

C ’est aussi cela qu’on aime dans cette pêche. Un seul mot d’ordre ici : humilité. De nombreux secteurs sont dangereux : risques de chute depuis la falaise ou déferlantes méchantes… svp ne prenez pas trop de risques.

Néanmoins, si vous choisissez bien vos secteurs et vos conditions de mer vous pourrez prendre de jolis bars dans un des plus beaux coins que je connaisse. Rien de bien compliqué ici. Vous allez prospecter les zones de passage, les zones de tenue et les zones de chasse. Toutes les pointes peuvent être considérées comme des zones de passage, vous trouverez une solution pour descendre sur la plupart d’entre elles.

Cette pêche n’est pas la plus intéressante qu’il soit mais elle a le mérite des résultats réguliers. Le but ici est de balayer une zone ou nous savons que les bars vont passer à un moment ou à un autre. On privilégiera alors des leurres à bavette classiques qui peignent toute la couche d’eau.

Souvent le passage ne durera qu’un quart d’heure mais si on y est préparé on aura le temps de prendre quelques bars à ce moment là. Selon la marée et les vents certains habitués parviennent à pronostiquer les horaires de ces passages et peignent ainsi 4 ou 5 postes dans la journée (quitte à reprendre la voiture à chaque fois s’ils pêchent depuis le bord).

La pêche des postes de tenue est probablement celle qui demande le plus d’expérience du secteur. Le but ici est de pêcher les bars postés. La structure irrégulière du fond offrant de nombreuses caches aux prédateurs, certains bars élisent temporairement domicile sous une roche creuse ou dans une faille. Certains de ces postes semblent particulièrement les attirer et quelques pêcheurs ont une facilité déconcertante à les repérer et à enregistrer leur emplacement. Il leur est alors facile de faire le tour de ces hot spots, de les visiter à l’aide d’un leurre souple incitatif manié avec autant de lenteur que de dextérité. Une fois de plus le repérage à marée basse est ici essentiel.

La pêche des zones de chasses est celle que je préfère. Après quelques années de pratique en baie, nous avons identifié avec quelques amis des traits communs aux postes où se déclenchaient les chasses en zone rocheuse.

Tout d’abord vous devrez rechercher des plateaux rocheux perpendiculaires à la côte et légèrement immergés (entre 50 cm et 3 m). En baie ce type de poste est assez rare mais il concentre les chasseurs de manière phénoménale.

Si ce plateau est bordé de zones d’une dizaine de mètres de profondeur c’est encore mieux car sardines et maquereaux passeront plus facilement à portée des chasseurs. Le deuxième facteur important est le courant qui devra aborder le plateau par le travers (donc en suivant la côte).

Un fort courant balayant le plateau est idéal car il va pousser les proies sur la zone de chasse occupée par les bars. En baie de Douarnenez, surtout sur la façade sud (cap Sizun) l es courants de marée suivent fidèlement le trait de côte et vous n’aurez aucun mal à trouver ces courants latéraux, surtout lors des forts coefficients.

Enfin le troisième et dernier facteur c’est la houle. Une petite à moyenne houle semble encore donner une autre dimension à ce type de poste. Les bars semblent apprécier particulièrement les variations de hauteur d’eau sur le plateau. Trouvez un poste qui réunit ces 3 conditions et attendez un jour ou sardines et maquereaux sont présents sur le secteur… vous m’en direz des nouvelles.

Enfin vous pourrez également pêcher les zones de roches aux appâts (à la callée ou en surf itinérant), les bars et les sars se feront un plaisir de vous prouver que la pêche aux leurres n’est pas la seule technique valable. Vous pourrez également partager votre passion avec les non pêcheurs en leur faisant découvrir les joies de la pêche à la vieille… qui en général ne se font pas attendre bien longtemps.

Toutes ces pêches de roches sont à aborder de préférence depuis le bord, il s’agit ici de précision et de discrétion, de plus bien souvent les bars sont dans vos pieds, nul besoin de propulser votre leurre à 80 m. A la fin de chaque récupération vous pourrez même arrêter votre leurre ou votre appât à 1 m de vous, c’est souvent à ce moment là que survient la touche.

Enfin et uniquement à l’usage de ceux qui pêchent en bateau, sachez que la baie de Douarnenez est jonchée d’épaves, de failles et de fosses riches en prédateurs. Je ne rentrerai pas ici dans les détails afin de ne pas froisser certains locaux. Sachez seulement qu’il existe des cartes qui répertorient les principales épaves et les principaux accidents du fond.

La pêche aux leurres souples, aux jigs et aux appâts est ici de rigueur. Selon la technique employée et l’épave visitée vous pourrez espérer toucher de gros bars, de belles royales, de jolis lieux ou de très gros congres. A vous de prospecter tout ça.

Les meilleurs leurres pour pêcher en bretagne

Cela fait bientôt 10 ans que 6 ou 7 amis et moi pêchons régulièrement la baie. Il va de soi que nous avons eu le temps de trouver quelques valeurs sûres pour la baie. Je vais essayer de vous livrer une liste (non exhaustive) de nos leurres préférés pour pêcher le bar en Bretagne.

En surface :

  • superspook
  • bonnie95
  • amazon
  • trairao
  • chug bug 110
  • frosty
  • gunnish95
  • patchinko
  • sammy 100
  • sticker

Entre 2 eaux :

  • tide minnow slim 120
  • tide minnow 135 surf
  • B’Freeze 100S
  • flashminnow 110 SP
  • reef pencil 115
  • mister joe
  • wander 80
  • crank minnow 105 SP

Leurres souples :

  • x-layer
  • megashad 100
  • sand eel 150
  • shad assassin

les cales de mise à l’eau dans la région de Douarnenez

Tréboul (gratuite) : la cale est sur la rive sud du port. Très abritée cette cale offre une mise à l’eau facile (largeur suffisante pour 2 mises à l’eau simultanées) et est immergée quelles que soient les conditions de marée. Sa pente est moyenne et accroche généralement assez bien. Bref c’est une cale assez confortable. Le stationnement est aisé à proximité (à peine 100 m). Seul défaut de cette cale, les embouteillages à la mise à l’eau durant l’été et les beaux week-end.

Pouldavid (gratuite) : au fond de la ria du Port Rhu cette cale est moins utilisée que la précédente. Son exposition est idéale puisqu’elle est protégée de presque tous les vents. Sa pente faible est généralement propre et sécurisante. A marée basse une petite plage prolonge la cale. Au niveau des inconvénients : un chenal de faible profondeur à marée basse qui limitera l’usage de l’infrastructure aux bateaux à faible tirant d’eau. Une cale souvent occupée par des bateaux en carénage. Un accès au fond du port Rhu nécessitant un passage d’écluse pour rejoindre la mer.

Douarnenez (gratuites) : 3 cales de mises à l’eau au niveau du vieux port, toutes les 3 présentent le même problème, celui du parking. Hors saison il sera possible de laisser votre véhicule sur le terre-plein du port mais cela est strictement impossible à la belle saison.

Morgat (gratuite) : sur la façade nord de la baie le port de plaisance de Morgat est une solution supplémentaire pour la mise à l’eau. Très sécurisante cette large cale en pente douce est abritée des vents dominants et du courant. Toujours en eau elle fait également partie des cales les plus confortables du secteur. Sa forte fréquentation est d’ailleurs là pour en témoigner.