Pêche au bar » Techniques de pêches » Le lancer sud africain en surfcasting

Le lancer sud africain en surfcasting

Pêche de la côte

Le lancer sud africain est très prisé des pêcheurs en surfcasting. Celui ci est terriblement efficace et permet d’envoyer son appât ou son leurre à de grandes distances. Dans cet article vous trouverez un récapitulatif détaillé pour apprendre ou améliorer cette technique de lancer

Avec le lancer sud africain, posez votre plomb au sol

Si on le compare à un lancer par-dessus la tête, le Sud africain est largement plus développé en terme d’ouverture utile (amplitude de la trajectoire du plomb avant le blocage final du lancer). Comme tous les lancers modernes, le lancer sud africain est considéré comme une technique capable d’accumuler une très grande charge de puissance dans le blank des cannes. Cette puissance est acquise par l’opposition de deux forces contradictoires que sont la traction du lanceur sur la canne et l’inertie du plomb. Le fait que le plomb soit posé au sol, statique, fait que ce style de lancer est plus simple à assimiler.

Aucun contrôle aérien n’est nécessaire et le pêcheur peut ainsi se consacrer librement à l’acquisition de la puissance. Au cours d’un lancer pendulaire, le lanceur doit être capable de gérer un poids donné au bout d’une bannière de trois mètres au minimum. Dans cette gestuelle, le placement du plomb se fait au centimètre près, et parfois à près de trois mètres du sol. Cela demande donc une très grande maîtrise technique et de fortes capacités d’écoute de son corps et de sa canne. On ne rencontre rien de tout cela avec le plomb posé. Le plomb est immobile et son inertie maximale au départ du lancer. L’acquisition de puissance est donc rapide et facilement contrôlable.

Ce qu’il faut savoir

Lorsque le pêcheur désire s’investir dans l’apprentissage d’un lancer moderne, il est très rare qu’il sache à quoi s’attendre. Dans toute discipline sportive, les moniteurs sont là pour vous guider, pour vous donner une idée des sensations et des difficultés que vous allez rencontrer. Dans le surfcasting, la grande maladie est l’absence pure et simple d’une telle structure éducative. Certes, de nombreux lanceurs pensent pouvoir apprendre à lancer à d’autres. Je ne les blâme pas mais cela n’est malheureusement pas suffisant. Pour être capable d’inculquer à d’autres pêcheurs une technique simple et fiable, il ne suffit pas de lancer à 200 mètres. Nous ne pouvons pas entrer dans le même cadre que les psychanalystes qui doivent simplement être eux-mêmes psychanalysés pour prétendre pratiquer à leur tour. Dans le lancer, des milliers de choses peuvent parasiter l’apprentissage et pour canaliser les défauts d’un débutant il faut non seulement pratiquer à haut niveau mais aussi, et surtout, avoir une forte capacité d’analyse et de psychologie.

S’il vous est possible de débuter seul, sans aide extérieure, il faut néanmoins savoir qu’il y a un risque à calculer : l’évolution sera aléatoire et différente pour chaque personne. Dans la majorité des cas, un apprentissage individuel conduit à une culture incontournable des défauts majeurs de la gestuelle. Ces défauts ne sont pas pénalisants au début mais se dressent très vite en barrières infranchissables dès que l’on doit atteindre les 170 mètres. Les lancers modernes sont caractérisés par une succession d’étapes à franchir. Les différentes barrières sont 130 m, 150 m, 180 m, 200 m et 210 m. Entre chacune de ces barrières la progression de fait assez rapidement mais chacune d’elle nécessite la correction de défauts immuables. Chaque personne développe une technique différente inhérente à son propre physique ; il n’y a aucune règle stricte. Aussi, pour toutes ces raisons, je vous conseille vivement de vous adresser à un formateur pour mettre en application ce que vous allez découvrir dans les articles qui vont s’enchaîner. En débutant dans le lancer Sud-africain en surfcasting, vous allez vous heurter à des problèmes naturels et incontournables. Vous commencerez par lancer moins loin qu’avec votre propre technique. Ceci est normal et tout à fait naturel car vous ne maîtriserez aucune des bases qui donne toute son efficacité à la technique. Vous perdrez également en précision. Une fois de plus ceci ne doit pas être un frein, on ne peut pas apprendre à lancer loin et droit en quelques heures seulement…

Par ailleurs, si vous utilisez des cannes qui non adaptées à votre niveau, vous risquez de vous blesser. Attention, n’ayez pas peur de finir à l’hôpital, les désagréments sont simplement musculaires et en aucun cas irréversibles. Il faut simplement être conscient du fait que la pratique du lancer développe les muscles nécessaires à un bon contrôle et qu’au début, les erreurs rencontrées mettent en exergue ce manque musculaire. Si vous suivez à la lettre les conseils que pecheaubar.com va vous prodiguer au fil des mois, vous évoluerez au rythme des articles. En quelques mois seulement nous vous ferons gagner jusqu’à 50 mètres ou plus.

La bonne pratique du lancer sud africain en surfcasting
Une technique pour le lancer sud africain moins réussie

Ci-dessus : vous pouvez visualiser deux séquences de lancer sud-africain. Celle du haut vous indique les bons réflexes à acquérir. Celle du bas identifie deux problèmes majeurs généralement constatés : sur l’image 4, on voit que la canne passe au dessus de la tête, cela engendre une perte de puissance. Sur l’image 6, le pied est décollé du sol, cela traduit une perte d’équilibre qui nuit au contrôle de la puissance.

Toutes ces barrières ne sont pas infranchissables, bien au contraire. Si on relativise, imaginez donc ce que vous feriez avec un club de golf… Projetez-vous dans la peau d’un jeune amateur de tennis et estimez votre capacité à réaliser un ace… Pour établir une autre comparaison, rappelez vous votre première expérience à vélo (sur deux roues seulement…), vous en riez encore, c’est certain. Pourtant, on oublie jamais comment faire du vélo, même si on ne pratique pas souvent. Les lancers modernes sont très similaires. Ils font appel au même travail que toutes ces techniques. Lorsque vous avez compris le but de la démarche, vous l’avez en vous pour la vie. Votre travail vous permettra d’augmenter vos distances. Certains en ont fait une discipline sportive et « prennent leur pied » dans les compétitions. Pas plus tard que la semaine dernière le record du monde au plomb de 125 grammes a été battu à Argelès par le champion du Monde Danny Moeskop avec un jet à près de 280 mètres et du 28/100… On n’arrive pas là par hasard mais avec du travail. Le record de France actuel a également été porté le même jour à près de 267 mètres par André Poidevin.

Alors qu’êtes-vous en droit d’attendre aujourd’hui ? Tout pêcheur peut envisager d’atteindre 200 mètres en moins de deux ans de pratique. En moins de six mois de pratique vous pouvez espérer pêcher à plus de 150 mètres avec un appât, ce que très peu de pêcheurs peuvent prétendre faire aujourd’hui. Ensuite, la progression de vos résultats sera directement liée à votre propre travail. Pecheaubar.com fera tout son possible pour vous y aider et je répondrais personnellement à vos questions sur le forum. Si vous avez envie de progresser dans votre technique, alors foncez ! Des centaines de milliers de pêcheurs de tous horizons reconnaissent que la distance leur a fait prendre bien plus de poissons. Aujourd’hui cette discipline est un gage de réussite pour tous les pêcheurs du monde entier, alors pourquoi pas pour vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *