Pêche au bar » Techniques de pêches » Le surfcasting de nuit, un univers magique

Le surfcasting de nuit, un univers magique

Pêche de la côte
surfcasting-de-nuit

La pêche tire très souvent ses lettres de noblesses dans la pratique de le surfcasting de nuit. Hasards ? Sûrement pas ! Les raisons de cette efficacité nocturne sont nombreuses et mieux vaut s’y pencher sérieusement faute de quoi les résultats ne sauraient être aussi réguliers qu’escomptés…

La pêche de nuit, une expérience unique

Baigné dans la douceur nocturne, le pêcheur en surf prend possession d’un univers magique et passionnant. Chacun garde en tête la magie d’un moulinet qui chante, le bruit assourdissant des vagues ou au contraire, le silence pesant d’une nuit d’été…Le monde de la nuit est un univers plein de mystères auxquels le pêcheur ne peut accéder sans un minimum d’expérience. Pourtant, le surfcasting est toujours meilleur la nuit ; pas toute la nuit mais à certains moments.

pecheur-surfcasting-soir

Lorsque la luminosité baisse, il se passe bien des choses sous l’eau que nous ne pouvons percevoir. C’est alors que les erreurs s’enchaînent, nous faisant passer totalement à côté des choses. La nuit, il faut aller au-delà de ses propres perceptions et tenter de coller au maximum à la réalité sous-marine. Il est bien certain que les poissons ne se nourrissent pas la nuit de la même manière que le jour. Ils mangent plus, mieux, mais pas de la même façon. Nous allons tenter d’éclaircir ensemble ici les raisons de ces changements et surtout comment adapter notre façon de pêcher.

Le surfcasting de nuit, une ambiance bénéfique

La nuit change considérablement le comportement des poissons. Dès que la luminosité baisse, le calme s’installe, et notamment durant la période estivale, agitée de multiples pollutions sonores.

prise-poisson-surfcasting-nuit
Ce joli loup pris par le fils de tjo34 est le plus fervent témoignage de la valeur des pêches de nuit.

Les jets skis, planches à voiles, ailes volantes et baigneurs en tous genres ont la faculté de repousser les poissons hors de portée des cannes. Cependant, outre l’aspect pénalisant de toute cette agitation, on peut tout de même y voir un point positif : elle remue les fonds, mettant à jours une grande quantité de nourriture à disposition des poissons. Très vite, dès que le calme reprend possession de la côte, les poissons se regroupent pour se mettre en sécurité.

pecheur-groupe-nuit

la nuit, pêcher à deux est un gage de sécurité et de convivialité. Les meilleures parties de pêche se font généralement en groupe car on peut mieux quadriller le terrain.

Il faut en effet comprendre que les poissons comme les marbrés ou les dorades sont plus en sécurité en banc que seuls. Ils trouvent dans ces rassemblements une quiétude qui leur permet de se mettre en mouvement pour se nourrir. Très vite, et juste avant que le noir complet ne tombe, tout notre petit monde se rapproche de la côte pour venir glaner toute la nourriture laissée par les baigneurs. Les bancs de poisson longent alors la côte pour se nourrir. Ils ne restent que très peu de temps en place, préférant fureter que fouiller le fond.

Les chasseurs suivent naturellement tous les poissons fouilleurs, soit pour profiter eux aussi de l’aubaine nourricière, soit pour chasser dans ces bancs de mulets, dorades ou marbrés. En l’espace de quelques heures, la zone côtière se trouve peuplée de tonnes de poissons qui jalonnent inlassablement nos secteurs de pêche pour se nourrir. Pourtant, il est très facile de passer à côté de la réussite si on continue à pêcher la nuit comme on le fait de jour. Je pense personnellement que bien des choses doivent être remises en question lorsque le crépuscule s’annonce. De l’expérience que je peux retirer de mes très nombreuses pérégrinations, je vous divulgue ici les points essentiels.

Les règles de la pêche de nuit

La première chose qui marque le surfcasting de nuit est l’aspect éclair de la réussite. Le poisson se prend en un temps record, les prises étant rarement étalées tout au long de la nuit. On les pique à la tombée de la nuit puis très vite les prises s’épuisent pour reprendre quelques heures après.

peche-mulet-nuit

steph84 avec un joli mulet pris au crépuscule sur un montage flottant. Toutes les espèces se nourrissent activement à ce moment de la journée.

En fait, je pense que la tombée de la nuit voit des quantités impressionnantes de poissons se rassembler. A ce moment-là, les postes intéressants pour eux sont les premiers à être prospectés. Ils s’y rassemblent pour les quitter ensuite à la recherche de leur nourriture. Il est donc logique de piquer des poissons dès la tombée de la nuit sur les postes les plus réputés. Par la suite, le poisson va naviguer le long de la côte, assez rapidement. Pour avoir une chance de faire un max de poissons, il faut lui présenter un max d’appâts

pêcher à deux cannes peut s’avérer insuffisant pour couvrir correctement un poste de pêche.

Pour cela, on n’a rien trouvé de mieux qu’augmenter le nombre de cannes. La nuit, pêcher à 4, 6 ou 8 cannes n’est pas un gros délire, bien au contraire. Bien que ce fut-ce fatigant, un grand nombre de cannes permet de réaliser des scores nettement plus intéressants, même si la raison doit vous poussez à rester raisonnables ! Pêcher avec une ou deux cannes est la première erreur communément commise par le pêcheur nocturne.

Le deuxième fait marquant est la répartition des poissons, nettement différente de ce que l’on constate le jour. La nuit, le poisson « entre en terre ». Il vient se nourrir parfois jusqu’à moins de 10 mètres du bord, dans quelques dizaines de centimètres d’eau. Ceci est logique car à cet endroit de la plage s’amoncellent de grosses quantités de nourriture. Il est important de placer ses cannes à différentes distances pour tenter d’intercepter les poissons là où ils passent.

la nuit, la seiche est un appât royal pour le bar ou le loup. Phosphorescente et blanche la chair des céphalopodes est sans équivalent pour capter l’attention des gros poissons.

Ceci implique naturellement une bonne gestion des distances car dès qu’une canne prend un poisson, il faut immédiatement replacer les autres cannes à la même distance. D’un point de vue pratique, je vous conseille de mettre une ou deux cannes entre 5 et 15 mètres du bord (si le fond est suffisant, 30 cm au moins), une ou deux entre 15 et 50 mètres, une ou deux entre 50 m et 100 mètres et les dernières au-delà. De cette façon, tout votre poste est couvert et cela doit vous permettre de réaliser un véritable barrage. Vous serez, j’en suis certain, surpris par le nombre de prises réalisées en bordure. Pêcher trop loin est la deuxième erreur commise par de nombreux pêcheurs.

Par la suite, la nuit implique, contrairement à ce que l’on peut penser, une pêche extrêmement dynamique. Le pêcheur doit être en mouvement permanent. Les cannes doivent bouger de place, tant sur un plan vertical qu’horizontal, je m’explique :
Les zones de couverture que j’ai décrites plus haut (distances de pêche), restent assez aléatoires. Il est certes difficile de poser son plomb avec une précision de l’ordre du mètre. On peut réaliser des repères sur la ligne (au marqueur ou au typex) et marquer tous les 10 mètres pour faciliter la reconnaissance des distances. Cependant, vos appâts doivent naviguer en permanence entre le large (distance maximale de lancer) et le bord. Pour cela, je vous invite à donner trois ou quatre tours de manivelle à toutes vos cannes éloignées, et ce, toutes les cinq minutes (cela vous occasionnera déjà pas mal d’occupation).

la prise nocturne d’un poisson a toujours quelque chose de magique.

De cette façon, vos appâts sont en mouvement permanent. Non seulement le bruit du plomb sur le fond peut être entendu par les poissons, mais le déplacement permet également aux appâts de libérer des effluves, on le sait, très attractives sur le poisson.
D’autre part, si vous ne percevez aucune touche sur la zone de pêche que vous avez choisie, il faut avoir le courage de vous déplacer. Sans aller chercher à plusieurs kilomètres de votre position, commencez déjà par décaler vos affaires d’un côté ou de l’autre, en passant la dernière canne de gauche à droite ou vis et versa. Il se peut très bien que vous soyez sur un banc de sable que les poissons n’empruntent pas par manque d’intérêt

faire bouger régulièrement ses appâts est un gage de compétitivité pour le pêcheur de nuit.

L’immobilisme est la troisième erreur qu’il ne faut pas négliger. Enfin, il faut savoir prendre en compte la nature du poste que l’on pratique et le comportement des espèces qui sont censées y transiter. Pour l’exemple, les pêcheurs de dorades et de marbrés ont tout intérêt à se rapprocher de postes assez « plats » parsemés de spots rocheux ou d’algues. Les pêcheurs de bars ou de maigres ont plus intérêt à rechercher les baïnes et les grandes profondeurs. Pêcher léger sur ces derniers postes serait une erreur qui vous mènerait à l’échec. La raison en est toute simple : sur des postes où les prédateurs sont omniprésents, les petits poissons ne s’alimentent pas. S’ils sont présents, ils sont méfiants et pensent plus à se protéger qu’à se nourrir. Ceci est vrai de jour, mais prend des proportions encore plus flagrante de nuit. Inversement, pêcher avec de gros appâts sur des zones peu structurées peut également mener à l’échec.
Soyez bien conscients de ce que vous recherchez et concentrez-vous sur la pêche en question. S’éparpiller est la quatrième erreur majeure que font nombre de pêcheurs.

Nos dernières recommandations

bien que le sérieux et la rigueur soit de mise la nuit, un bon petit gueuleton et un petit coup de réchauffant font toujours du bien.

Le surfcasting de nuit est un sport à part entière. Cela demande une bonne dose d’imagination, un dynamisme permanent et une grande créativité. Bien souvent, la réussite est bien plus à portée que de jour. Pourtant, toutes les petites astuces que nous venons de donner ne sont pas suffisantes pour pêcher de façon efficace. Je vous conseille en plus de tout cela de mettre toutes les chances de votre côté en vous organisant au mieux.

En premier lieu, je vous conseille d’effectuer un repérage préalable de la zone que vous allez pêcher de nuit. Ce repérage est à mon sens indispensable si vous voulez pêcher efficacement. Il vous permettra d’identifier les différents fonds, les distances appropriées et la position des pièges éventuels (bancs de sable, roches, algues etc…). De plus, prenez soin de vous présenter sur les lieux de pêche avant la tombée de la nuit (deux bonnes heures) afin de bien vous installer sans perdre le bénéfice de la tombée du jour. Par la suite, pensez à vous équiper correctement pour passer la nuit.

La nuit, l’éclairage est important. Ici, le détecteur Carp Sounder, étanche, est un accessoire très appréciable en Méditerranée.

L’éclairage est capital, que ce soit pour les cannes ou pour vous. Selon moi, trois éclairages sont nécessaires : une lampe pour éclairer vos affaires (type lampe de camping), une lampe de tête et des éclairages de scion, lesquels peuvent être de différentes sortes (lumières à piles, bâtonnets lumineux, écureuils lumineux).

Il va de soit que vos piles doivent être rechargées ou changées avant la nuit…Pour finir, je parlerais des pêches de nuit par mauvais temps. Sans une visibilité totale, la pêche en surf par mer agitée est dangereuse. Les trous, les courants et les vagues ne préviennent jamais avant de vous mettre dans le plus grand danger qui soit : la noyade. Ne jouez pas avec votre sécurité. Soyez conscient que la plus grande des connaissances ne peut éviter l’accident. Pour cette raison, je vous conseille de ne pas rentrer dans l’eau lorsque la nuit est tombée. Il vaut mieux perdre quelques mètres (ce qui est loin d’être prouvé) que de ne pas regagner le bord, ceci est valable quelle que soit la région de pêche.

Il en va de même pour vos montages. Privilégiez la sécurité en utilisant des montages résistants aux vagues fabriqués dans des diamètres forts (35/100 minimum). La nuit, qui plus est par mauvais temps, les poissons sont moins difficiles. Charger vos hameçons et pêcher fort vous garanti des montages pêchant et efficaces.

Conclusion

Le surfcasting de nuit est, je le répète, un univers magique. Si vous n’avez jamais combattu un gros bar ou une grosse dorade de nuit, je vous le souhaite dans les meilleurs délais. Le sommeil que vous trouverez en rentrant chez vous n’aura jamais été aussi réparateur, aussi riche en rêves et en bien être…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *