Pêche au bar » Techniques de pêches » La pêche en surfcasting pendant l’hiver

La pêche en surfcasting pendant l’hiver

Pêche de la côte

Aux portes de l’hiver, le surf nous prépare de longues parties de pêche frileuses. Le thermomètre se laisse aller à des minima indécents et les doigts commencent à être sérieusement incommodés par tant de froidure. Arpenter les plages ou les estuaires peut malgré tout être très payant jusqu’au début du mois de janvier. Les trois montages que nous vous proposons peuvent vous permettre de vous constituer une trousse à bas de ligne top niveau pour le surfcasting en hiver.

Le montage spécifique pour le surfcasting en hiver

Les trois montages que nous vous présentons sont issus de la collection Gemini, fabricant anglais d’accessoires de montage. Les montages d’origine s’adaptent à trois conditions particulières : la pêche au fond, la pêche entre deux eaux et la pêche à grande distance. Le concept des montages est fort intéressant car basé sur des accessoires modernes et d’une grande efficacité. Ces accessoires fiabilisent le concept d’accroche appâts et le système d’autoferrage. Allongés par rapport à leur homologues anglais, les montages que nous allons vous présenter ont la réelle faculté de pêcher en toutes circonstances et d’être d’un emploi simple et pratique. Nous vous présentons ci-dessous quelques accessoires typiques servant à la réalisation des trois montages pour le surfcasting d’hiver.

Accroche appâts Gemini ABC Clip utilisé pour réaliser des montages dédoublés.

Ressort de compensation permettant de compenser l’élasticité du corps de ligne au lancer.

Bouclier accroche appât Impact Shield Breakaway pour montage longue distance.

Agrafe Gemini Genie Bent link clip pour accrocher le plomb.

Agrafe Gemini Denis Bent Rig clip pour dédoubler les empiles et traînards.

Agrafe Gemini Genie Clip pour les montages coulissants ou connecteur de bas de ligne.

En hiver, ciblez le poisson pour votre pêche

Dans la période qui nous intéresse, il est possible de prendre diverses espèces. La sélection des appâts sera directement liée au poisson que l’on espère prendre, de même que la région d’utilisation de ces montages.

Le bar ou loup : toutes les côtes

Lieu jaune : Bretagne et nord de la France

Merlan : Atlantique, Bretagne et nord de la France

Morue : Nord de la France

Mulet : toutes les côtes

Sar : Atlantique, Méditerranée

La description des trois montages pour le surfcasting en hiver.

Les montages présentés ici vous permettent de faire face à trois besoins différents. Pour pêcher par beau temps et mer calme, nous vous proposons un montage de type traînard. Pour pêcher par mer agitée, nous vous présentons un montage autoferrant coulissant qui a l’énorme avantage de ferrer le poisson tout seul. Enfin, pour les besoins de distance, le troisième montage se montre actuellement le plus performant.

Montage Surfcasting 1 : le traînard long

montage-surfcasting-hiver-trainard-long

Ce montage s’adapte à une présentation sur le fond des appâts. Le montage s’appuie sur le ressort de compensation Gemini qui permet d’éviter le décrochage de l’hameçon au lancer. Le deuxième clip situé en haut est renversé pour accueillir la ligne et permettant ainsi le dédoublement de celle-ci. Un tel système favorise l’utilisation de traînards de près de trois mètres sans être gêné par la longueur.

Conditions de pêche.
Le montage à traînard est idéal en plage lorsque les eaux sont relativement calmes. En utilisant des diamètres de nylons assez élevés, il supporte une légère agitation mais n’est plus vraiment efficace. On le réservera donc à des conditions de pêche plutôt clémentes. En outre, les estuaires dans lesquels on pêche en permanence avec des courants latéraux sont parfaitement adaptés à l’utilisation de ce montage. Le courant permet en effet au traînard d’évoluer en ondulant dans le courant. L’appât fixé au bout bénéficie donc d’un attrait meurtrier après des poissons.

Les appâts recommandés.
Les petites bouchées de vers (arénicoles, pistiches, bibi) frais ou congelés sont idéales pour respecter l’équilibre montage/distance. Avec de tels appâts qui n’opposent pas de grosse résistance à la friction de l’air, il est possible de pousser la longueur du montage à 1,50 m replié. Toutefois, dans l’éventualité d’une mer à bars, on peut très bien s’exempter de ce principe pour utiliser des chairs animales (crabe mou congelé, seiche, calamar…). Dans ce cas, le montage gagne à être raccourci pour ne pas dépasser une longueur de 60 cm replié.

peche-hiver-au-lancer

Il est primordial de bien choisir ses secteurs de pêche pendant la période hivernale


L’hiver est une saison difficile. Plus que jamais dans la saison, l’hiver nécessite une bonne connaissance de son secteur de pêche. Il est nécessaire de choisir des postes stratégiques comme les embouchures ou les plages à fort relief sous marin (trous, grosses baïnes, proximité de sorties d’étangs, bancs de roches et autres) qui sont seuls susceptibles de faire venir les quelques bars ou loups du secteur.

Montage Surfcasting 2 : l’empile autoferrante

Le montage autoferrant est idéal pour la recherche en plage agitée. Son comportement dans des eaux brassées est optimal et permet de tromper les plus gros bars. L’avantage de ce montage est d’assurer un ferrage quasiment automatique du poisson. Le coulissement supérieur vient en effet engendrer un contact direct entre les hameçons et la résistance du plomb.

Dès que le poisson prend en bouche, la tension de la ligne aidant, les hameçons pénètrent instantanément par le résistance opposée par le plomb. Généralement, et 9 fois sur 10, le poisson se pique et sort le plomb du sable pour se laisser rouler ensuite vers la plage. Je privilégie personnellement ce montage pour le surfcasting hivernal depuis de très nombreuses années et je dois avouer n’avoir jamais été déçu !

D’autre part, en pêche de digue, lorsque le surplomb est important et que l’avancée des roches dans l’eau est gênante avec un montage à empile fixe, le montage autoferrant vient solutionner le problème. En effet, alors qu’un montage classique est gênant par le plomb qui s’accroche dans les roches, le montage autoferrant voit le plomb monter au dessus du poisson évitant ainsi de s’accrocher dans les pierres du contrebas.

Conditions de pêche.
Le montage à une empile autoferrant est idéal en toutes circonstances. Malgré tout, son efficacité est optimale dans des eaux brassées de manière régulière (rouleaux courts et d’intensité plus ou moins égale). Comme le montage traînard vu précédemment, celui-ci s’adapte parfaitement aux estuaires, profitant de l’effet bénéfique du courant pour déployer l’empile.

Les appâts recommandés.
Contrairement au traînard, l’empile supporte assez bien les lancers d’appâts volumineux. Avec ce montage, vous allez cibler les belles pièces en présentant une seiche, un calamar ou de très grosses bouchées de vers. Il importe naturellement de respecter des diamètres de montage élevés pour ne pas risquer la casse au lancer. Les hameçons doivent aussi être en conséquence (voir paragraphe concerné).

Pour vos montages n’hésitez pas à mettre du fil avec un diamètre important. J’entends bien des méditerranéens s’effrayer des diamètres de nylon et des tailles d’hameçons cités plus hauts… Il est certains que ces données sont généralement risibles pour les pêcheurs du sud, mais je ne connais qu’une poignée de pêcheurs qui n’hésite pas à “ forcer ” leurs montages et qui réalise des pêches mémorables aux embouchures du petit et du grand Rhône, du var, de l’Aude et de l’Hérault… Etant entendu qu’il n’est pas question de passer des heures dans le froid pour attraper 3 loups de 100 grammes, autant mettre ce qu’il faut pour attraper le seul poisson de 3 kilos et qui se fiche éperdument du 50/100 qui traîne derrière la seule seiche du secteur…

Montage surfcasting 3 : l’empile longue distance

Ce montage est strictement identique au précédent à l’exception du système impact shield dont il est équipé. Ce système, désormais courant a l’avantage de protéger de manière considérable les appâts fragiles comme les vers mais il apporte en plus un véritable gain de distance. Pour rappeler brièvement le concept de l’impact shield, considérons l’aspiration du plomb. Cette aspiration élimine totalement les effets néfastes de la forme de l’impact shield (forme que craignent justement à tort de nombreux pêcheurs). De ce fait, l’accroche-appât protège l’appât des frottements de l’air sans jamais pénaliser les distances de pêche. Pour couronner le tout, le système se décroche à 100% lorsqu’il est correctement monté (basculant lors de l’impact à l’eau). Ce montage gagne à n’être utilisé qu’avec des esches de petit calibre, en tous cas à peine plus grosses que l’impact shield.

Conditions de pêche.
Le montage longue distance est utilisable en toutes circonstances. Son intérêt premier étant de toucher des poissons éloignés (plus de 130 mètres du bord), il présente les esches à proximité du fond. Il accepte donc aussi bien les mers agitées (l’influence des vagues étant moins importante à ces distances) que les mers calmes.

Les appâts recommandés.
Vous utiliserez des esches de petit volume, de la même façon que pour le montage traînard.

Gérer la longueur des montages.
Traditionnellement, bien des pêcheurs recherchent la longueur maximale pour leurs montages. Comme la finesse, la longueur peut être un piège dans certaines circonstances. Il est donc capital de s’en préserver et de ne pas allonger inutilement pour plusieurs raisons. La première raison est une perte sèche en matière de distance. Il faut savoir que plus un montage est long et plus il navigue derrière le plomb lors du lancer, faisant ainsi perdre de précieux mètres. Dans la mesure où la distance est importante, n’utilisez pas de montages de plus d’1 mètre ! La seconde raison tient dans les risques plus important d’emmêlements. Une empile de deux mètres à en effet bien plus de chances de mêler qu’une autre de 80 cm. Ayez donc systématiquement le réflexe de raccourcir dès les premiers noeuds !

Le matériel recommandé pour une séance hivernale de surfcasting (nylons et hameçons)

Le surfcasting d’hiver inflige de sérieux chocs aux montages et aux nylons. Opter pour des gros diamètres est une nécessité absolue.

Les corps de ligne de ces montages doivent impérativement être réalisés en 70/100 minimum. Ce diamètre encaisse fort bien les agressions dues aux pliures et donnent au montage une rigidité nécessaire pour supporter les conditions de pêche hivernales. En ce qui concerne le traînard, un diamètre de 35/100 semble être un minimum. J’aurais personnellement tendance à monter au 50/100 si la zone dans laquelle je pêche est profonde et encombrée, de manière à assurer le bon comportement de mes esches. Pour les montages à empiles, une moyenne de 35 à 40/100 est conseillée. Il est en effet très rare de monter au-dessus, à part situation exceptionnelle, et fortement déconseillé de descendre sous le 35/100 afin d’éliminer les risques d’emmêlement.

Les formes et les tailles d’hameçons sont importantes pour que le montage puisse tourner à son rendement maximum.

Du point de vue des hameçons utilisés pour les vers je préconise essentiellement des profils de type aberdeen : Gamakatsu 5423F, Owner 5100, VMC 9146 NI, Mustad 3261 BLN. Ces hameçons sont pratiques d’emploi et efficace pour tout ce qui touche aux appâts moyennement volumineux. En ce qui concerne les tailles, compte tenu des facteurs de recherche qui sont les nôtres (hiver, beaux poissons), je déconseille de descendre en dessous du N°2. L’utilisation d’un hameçon plus petit ne peut en effet qu’accentuer les chances de prendre du trop petit poisson !

Pour les appâts de belle taille (seiche, calamar, poisson…), l’hameçon de type octopus est idéal : Mustad 92553 S, VMC cone cut 8299S, Owner 5115 SSW, Gamakatsu 5314N. Cette forme ronde accueille parfaitement les esches volumineuses et réduit fortement les risques de décrochés. Je ne saurais trop conseiller l’utilisation d’un montage double avec hameçon inférieur en N°4/0 et hameçon supérieur en 2 pour la présentation de calamars ou petites seiches entiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *