Pêche au bar » La pêche à Dubaï

La pêche à Dubaï

La pêche à Dubaï est une activité peu connue. Lorsqu’on entends parlé de Dubaï dans les reportages on met régulièrement en avant les architectures extravagantes ou bien les nombreux magasins de luxe de cette ville. Pourtant cette ville est reconnue pour la pêche sportive ou la pêche au gros. Voici le récit d’un membre de la communauté, ancien résident de Dubaï qui nous fait partager son expérience de la pêche dans la région du golfe persique.

bien connaître la géographie et le climat de Dubaï

Avant de foncer tête baissée dans une session de pêche dans les eaux de Dubaï, il faut connaître les spécificités des spots de pêche de cette région :

  • Spots de pêche : Dubaï, comme la plupart des autres Emirats est situé en bord de mer ; le Golfe est une mer intérieure relativement peu profonde, puisque l’on trouve à 30 miles de la côte des fonds d’environ 30m, ce qui est peu vu la distance. Les fonds sont plats, pas de roches, pas de hauts fonds, que du sable, partout.
  • Le climat : la saison d’été est de Mai à Octobre : la température trouve son pic comme chez nous en Juillet-Août, avec des pointes à 50°C, et surtout 100% d’humidité, autant dire que c’est LA période à éviter. La période d’Hiver (nous ne considérons là bas que 2 saisons) allant par déduction d’Octobre à Avril est beaucoup plus agréable, avec des températures allant de 14-15° le matin au lever du jour, pour atteindre 25-30° la journée.

D’après ces données, il est préférable de pêcher en période hivernale à Dubaï. La température est idéale pour nous, mais également pour les poissons.

pecheaubar.com

La pêche à Dubaï

Nous allons procéder par étapes, tout d’abord le poisson Roi de Dubaï c’est le Sailfish (Espadon Voilier), il n’est probablement ni de l’espèce Atlantique, ni de l’espèce indo-Pacifique au risque de contredire certains grands noms de la pêche sportive que je ne citerais pas. L’espèce est à mon avis une espèce autochtone , vivant essentiellement dans le golfe, j’en suis persuadé pour des raisons que je ne développerais pas ici, ce n’est pas le but.

La pêche à l’espadon en période hivernale à Dubaï

Nous somme en Novembre, mais cela pourrait être le mois de Février également, ce serait pareil ; il est 7h00, les Skippers préparent le bateau et pêchent des appâts dans la marina pour la journée, ce sont des Ballyhoos, sorte de petits poissons de 10-15 cm avec des petits rostres, ils sont stockés au frais dans la glace. 7h30, les moteurs chauffent, et l’on quitte enfin la marina, il fait jour déjà depuis 05h30 du matin , le ciel est bleu, et la mer d’un bleu-vert lisse comme un miroir, le vent est nul. Nous sortons de la marina direction le large, les 2 moteurs de 200cv chacun nous propulsent rapidement vers les lieux de pêche distants d’environ 30 miles, cela nous prendra pile une heure pour nous y rendre. Sur la route, rien, pas d’oiseaux, pas de chasses, rien de rien, on se demande s’il y a du poisson dans cette mer.

Au bout de 45mn nous commençons à voir des chasses de bonites ou de queenfishs (sorte de petites carangues de 5 à 8 kg), puis quelques minutes après nous stoppons les moteurs et préparons les cannes. Nous commençons d’abord en traîne avec les ballyhoos sur des lignes de 12lbs et 20 lbs, inutile d’être monté plus gros. Quelques teasers sont mis en place également ; très rapidement nous tombons sur des sailfishs en train de « taper » sur nos ballyhoos, parfois ils s’y mettent à 3 ou 4 derrière nos appâts, cela va durer la journée quasiment sans s’arrêter. En général vers 10h00 du matin, nous naviguons au milieu des chasses de dauphins qui encerclent les bancs monstrueux de sardines et d’anchois, les espadons sont bien entendu au milieu des dauphins, cela est notre repère, si l’on voit des dauphins, c’est sûr, les espadons sont là. Mais il n’y a pas que les espadons qui chassent, les queenfishs sont très nombreux aussi, (8 à 10 prises par jour est normal), nous trouvons aussi des cobias, des bonites, et des kingfishs (sorte de wahoos, thazards allant jusqu’à 40kg, mais poids moyen de 10 kg), nous aurons également la chance peut être d’apercevoir un requin baleine se baladant au milieu des bonites affolées par ce monstre de 10m de long.

Il est 16h30, heure de rentrer, car à 18h00 il fait nuit. Bilan de la journée, nous avons eu 25 attaques de sailfishs, le nombre de prises réelles est très aléatoire car dépendant directement de la qualité du pêcheur ; un sailfish peut revenir à l’attaque 5 à 6 fois de suite et vous l’aurez ferré 6 fois en le ratant à chaque fois.

Je passerais sur la beauté de ce poisson et ses sauts merveilleux qui ne peuvent laisser indifférents les pêcheurs que nous sommes.
Nous avons ferré également nombre de queenfishs de 5 à 7kg qui se caractérisent par leurs sauts nombreux, quelques bonites peut être aussi de 6 à 10kg chacune, et peut être aussi aurons nous eu la chance de prendre un Kingfish, mais la pêche de ce dernier étant plus spécifique, nous y reviendrons aprés. Cette journée, est bien sûr une journée classique, je n’exagère en rien ici. La mer est généralement belle d’octobre à Janvier, ensuite vous n’êtes pas à l’abri du « Shamal » vent du désert soufflant à 30 nds et levant rapidement la mer qui devient impraticable pour 24 à 48h maxi.

la pêche au lancer ou à la mouche sur d’autres poissons comme les bonites ou les queenfishs

Concernant les autres types de pêche, vous pouvez bien évidemment opter pour la pêche à la mouche sur le sailfish ou bonites et queenfishs, mais aussi la pêche au lancer en bord de côte dans le chenal de Jebel Ali par exemple (20mn de bateau) sur les chasses monstrueuses de bonites et queenfishs tout l’hiver et tout particulièrement en Mai ou les bancs de bonites sont vraiment impressionnants, chassants par milliers les sardines, des chasses de plusieurs centaines de m². Vous lancerez votre raglou de 12cm couleur bleue (seule couleur fonctionnant bien et seul leurre garantissant la pêche mais que vous ne trouverez pas sur place : j’ai tout essayé avant ce leurre) dans l’écume des bonites de 8 à 12 kg, qui vont vous vider le moulinet en peu de temps.

C’est une pêche vraiment amusante, également sur les queenfishs qui vous gratifieront de leurs sauts spectaculaires.

pecheaubar.com

Le Kingfish se pêche durant la même saison que la bonite, en Avril-Mai, une fois que les sailfishs ont disparu début Avril, toutes les techniques sont bonnes, traîne avec downrigger, et lancer sur les chasses….. Une seule technique cependant pour les « très gros » sur des spots bien précis également dont je garde jalousement encore aujourd’hui les coordonnées GPS : technique de traîne avec downrigger et poisson sabre comme appât sur un montage un peu « barbare ».

Vous verrez de toute façon durant tout l’hiver, de très nombreuses chasses tous poissons confondus, pas une journée sans chasse, en 5 années de pratique, je n’ai jamais fait de bredouille sur les espadons ou autres poissons. Sur l’ensemble des sorties, une moyenne de 5,4 sailfishs sortis / jour à été réalisée, ce qui place Dubaï comme l’une de toutes premières destinations dans le monde pour ce poisson, plus pour le nombre régulier de touches que par le nombre de prises. Il existe des destinations avec un nombre de prises équivalentes mais avec des poissons affamés et gloutons. Il faut en général 2 touches pour faire un poisson, c’est loin d’être le cas à Dubaï. Ici les sailfishs ont tellement de nourriture à disposition qu’ils aiment jouer avec vos appâts, et le réel plaisir n’est pas de sortir un poisson mais de le voir attaquer vos appâts, et les attaquer encore et encore jusqu’à parfois 2m derrière les moteurs.

C’est avant tout une pêche visuelle, et c’est cette pêche là qui me fait pêcher aujourd’hui le Bar en Bretagne exclusivement aux leurres de surface. J’allais presque oublier le pare-bredouille local : le Barracuda, ne vous attendez pas à prendre des monstres, ici les barracudas font entre 2 et 6 kg en moyenne, ce ne sont pas des monstres, il existe un ou deux spots proches de la côte ou vous en ferez autant que vous voudrez, et toutes les techniques sont bonnes.

Du bord, rien à espérer au lancer, par contre en surfcasting, de nombreuses raies Pastenagues et raies Guitares, petits Mérous (1 à 2 kg), Empereurs et autres petits poissons. Bref, rien de passionnant du bord.

Il est à noter sur la côte Est des Emirats, à 2h de voiture de Dubaï, Fujairah un autre émirat côté mer d’Oman, vous êtes là dans l’Océan Indien, vous pourrez trouver des bateaux qui vous emmèneront pêcher non loin de la côte au milieu des Tankers ancrés, de très nombreuses dorades Coryphène, des Thazards et Bonites, mais il semblerait aussi un peu plus loin (je n’ai personnellement pas eu le temps de le faire) des Marlins rayés et Thons jaunes. Cette côte vaut le coup d’être visitée, car très sauvage avec ses bancs de coraux magnifiques, vous y verrez du bord en plongée autour des coraux, des petits requins et autres tortues de mer….