Pêche au bar » La pêche au brochet en Irlande

La pêche au brochet en Irlande

Nous avions rendez-vous Olivier et moi à l’aéroport de DUBLIN ce lundi 30 avril pour un séjour d’une semaine. L’objectif, pêcher du brochet dans les belles rivières d’Irlande. Olivier partant de CHARLEROI et moi de BEAUVAIS, il a du patienter trois bonnes heures devant des pintes de bière en m’attendant, les vacances auraient pu commencer plus mal…

Perception de la voiture de location et en route sans perdre de temps vers nos spots de pêche, Olivier ne voulant perdre aucune minute désirait absolument faire le coup de soir le premier jour. 185 kms plus tard nous arrivons enfin à DRUMSHANBO, petite bourgade située sur les rives du LOUGH ALLEN dans le comté de LEITRIM au nord-ouest de l’Irlande, pas loin de la ville de CARRICK ON SHANNON.

Cette région se caractérise par ses nombreux lacs et surtout par la rivière SHANNON. Sitôt arrivés au B&B et nos bagages déposés, une bise à MARYAN notre hôtesse (dont j’aurais l’occasion de vous parler plus tard) et nous voilà partis à la découverte de la région.

Depuis 8 ans que je viens régulièrement je commence à bien connaître les accès aux lacs et à la rivière, en effet rien n’est vraiment indiqué et c’est en cherchant bien sur les cartes et après beaucoup de discussions avec les habitants et de repérages que j’ai pu acquérir cette connaissance des lieux qui va nous faire gagner un temps précieux.

Bien préparer ses appâts pour pêcher le brochet en Irlande

Des lacs partout, des petits, des grands, la nature encore préservée est omniprésente. Des oiseaux effrontés viennent sans crainte nous regarder pêcher, quelques rencontres magnifiques dont une loutre sortie de l’eau comme par magie et qui prend la pose quelques instants avant de replonger, Olivier est ravi, son reflex numérique se rempli de photos très vite. Quelques jours plus tard une autre loutre saisira même le poisson au bout de ma ligne pour aller le déguster dans les roseaux, (sans se piquer heureusement)

Des « blacks swans » les fameux cygnes noirs sauvages se promènent librement de lacs en lacs. Il est temps de passer à la pêche, il faut absolument emmener une petite canne au coup si l’on veut se procurer des gardons pour pêcher au mort posé, la pêche au vif étant interdite en Irlande (pas en Irlande du nord), il faut sacrifier une petite heure de temps en temps pour renouveler le stock de nourriture, mais la densité de poissons est telle qu’il n’est même pas nécessaire d’amorcer pour piquer très rapidement une provision suffisante de gardons et de brèmes.

Une première journée aux abords de la shannon river

Première journée sur le LOUGH SCUR traversé lui aussi par un des canaux de la SHANNON RIVER, quelques brochets seront piqués au poisson mort. Olivier s’entête à pêcher le brochet aux leurres dans les roseaux et les arbres morts immergés qui sont autant de postes à brochets mais aussi de pièges à leurres, je le vois souvent fouiller dans sa boite à leurres en râlant…

Un peu partout on peut voir que l’eau est basse pour la saison, il manque environ 1M50 d’eau sur les lacs alimentés par la SHANNON, les autres lacs sont à peu près à niveau. Sur un autre lac c’est un vrai festival de chasses tout autour de nous dans les nénuphars, une vraie tuerie! Les perches sont après les gardonneaux et les brochets sont à l’affût, les poissons blancs sont en train de frayer « c’est l’orgie ici » s’écrie Olivier! Il essaie un leurre semi-plongeant et le perd quelques instants plus tard… Je lui suggère de passer au flottant et même au popper sur les nénuphars.

L’eau est chaude pour la saison et les brochets sont juste sous la surface dans à peine un mètre d’eau. On aperçoit même avec les polarisantes, des brèmes d’environ un kilo tourner en rond et se frotter contre les roseaux. Premier lancer….. BINGO !! Olivier est attelé, une chandelle superbe, jolie bagarre avec le brochet dans le méli-mélo des herbiers et des nénuphars. Il en sort vainqueur et au moment de le mettre au sec….. CLAC !! , Coupé net !! Le brochet fiche le camp avec le popper dans les dents, je vous passe les commentaires !! Je pêchais en nylon 30/100 sans bas de ligne acier pour plus de discrétion, l’eau est très claire, je m’étais dit qu’avec ce diamètre de fil ça tiendrait! Hé ben non

Il avait le popper en travers de la gueule, coupé au moment ou j’allais prendre le brochet en main! Mais le sourire radieux qu’il me fait en dit long… match nul ! « t’as raison ça tape en surface !! » me lance-t-il…
Pour mon compte j’essaie le mort manié, plus au large, c’est la technique reine ici, quelques attaques, quelques poissons mis au sec puis relâchés, non sans les avoir immortalisés

Lors d’une sortie à ROOSKY , sur une déviation de la rivière SHANNON autour d’une écluse, nous trouvons un pool somptueux profond et lent, avec chute d’eau et rapides juste après. « Ca doit être plein de truites par ici » me dit Olivier. Nous en avons la confirmation par un type du coin qui nous dit avoir aperçu des brown trouts du haut de la passerelle qui est malheureusement inaccessible pour nous.
Comme l’eau est profonde dans ce pool, j’opte pour un bon vieux RAPALA SLIVER argent et vert d’eau, ça ne loupe pas, quelques suivis de petits brochets et PAF ! Attaque en règle par le travers, paquet de nerfs, chandelles !! Il sonde et repart de plus belle… Il est enfin au sec, 80 cm.

mais quelle patate ces brochets !

Jean Marc dit Labrax76

Pour la “patate” des brochets irlandais, je confirme! Habituellement, je pêche les brochets en Hollande, dans les petits canaux que l’on appelle “polders”, il n’y a presque pas de courant et l’eau y est peu profonde, les brochets se remontent un peu comme des parpaings. Ici, c’est différent, quand on a la chance d’en mettre un de 80 cm au sec, pendant que tu le ramènes, tu as l’impression qu’il dépasse largement le mètre!

Une belle blessure pour cette pêche au brochet

Dernier jour plein de pêche au brochet en Irlandepour Olivier que je dois reconduire demain vendredi à DUBLIN, mariage dans la famille oblige, il ne me restera plus que 2 jours après son départ, nous sommes donc sur un petit lac formé par un coude de la rivière, juste à la sortie de DRUMSHANBO. Olivier occupe un ponton en bois destiné aux pêcheurs au coup, il pêche en surface dans les nénuphars, l’attaque arrive comme d’habitude, très rapide et brutale, sur un leurre de surface. Combat sans trop de problèmes et échouage sur le ponton, et là, lors de l’opération de décrochage du brochet, un sursaut violent de ce dernier, vient planter l’hameçon de tête du leurre dans le pouce d’Olivier, le traversant entièrement.

Appel d’Olivier qui souffrait atrocement chaque fois que le brochet sursautait, je n’étais pas trop loin, je coupe donc le nylon et débarrasse le leurre de la gueule du brochet. Reste le leurre pendu au pouce et rien pour couper l’hameçon ……! Juste à cet instant une voiture passe pas très loin, je la hèle et demande à la conductrice où se trouve le médecin. Réaction immédiate de la conductrice qui a gentiment conduit Olivier chez ce dernier et le ramène, tout ça en moins d’une demi-heure, de plus ce médecin n’a rien voulu faire payer, ni les piqûres, ni les soins, vraiment sympa ces Irlandais.

Dernier jour de pêche en irlande sur le lough key et le lough allen

Petite escapade sur le LOUGH KEY , réputé pour ses gros brochets. Quelques belles attaques notamment au poisson mort manié, quel lac magnifique! Noyé dans une forêt et pas très facile d’accès. L’après midi, retour sur le LOUGH ALLEN près de l’écluse qui régule le niveau du lac et laisse passer la rivière SHANNON . Juste avant cette écluse les eaux sont profondes et calmes, il est temps de poser un gros gardon sur le fond et d’aller risquer un leurre dans les bois morts agglutinés près de ce barrage. Durant une heure, rien, et en moins de 20 mn, deux attaques sur le leurre et une sur le poisson posé, c’est un des grands mystères de ce poisson, les attaques ont toujours lieu dans un laps de temps assez court, parfois deux fois dans la journée, mais les heures ne sont pas régulières, ça peut venir le matin, le midi, ou le soir, et d’un coup ça s’arrête, sans raison.

pour le dernier jour, je décide de retourner sur la rivière à cause du vent qui s’est levé, ce qui rend les conditions difficiles sur les grands lacs. La rivière est encaissée et je suis donc à l’abri du vent. Je longe la berge sur plusieurs centaines de mètres en pêchant surtout les bordures. Juste après une courbe, là ou le courant crée un contre courant sur la berge opposée, je distingue sortant de l’eau une série d’arbres arrachés et immergés. Je décide d’insister sur ces postes et sors 3 brochets en moins d’une heure au mort manié, dont un joli pépère de 90 cm! Ce sera mon plus joli de la semaine.